RSS
RSS

Navigation

Liens utiles

Sabliers

GRYFF.
6355
POUFF.
7005
SERD.
7380
SERP.
7595

Vidéo du Forum

Top Sites

fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) 1467633356-newfallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) 1467633356-newfallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) 1467633356-new fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) 1383160251-facebook-logo fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) 1498926800-tumblr-iconfallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) 1516885506-flat-discord-material-like-icon-2
PRDBazzartNever Utopia

Copyright

Le forum Rise From the Ashes est l'entière propriété de ses fondatrices Ilyria, Panda-Sama, Mzlle Lou & Zuzuu. Le contexte est basé sur la saga Harry Potter appartenant à J.K. Rowling et à été écrit par Ilyria. Le design et codes CSS sont d'Ilyria & Ludibaty (Theo & Leo). Les descriptions des catégories sont de Zuzuu. Les chronologies et autres annexes ont été inspirées par l'encyclopédie HP. Toute reproduction entière ou même partielle est interdite.


 


Partagez
 

 fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivory Parkinson

Feuille de personnage
Vos DC : vael moreau – charles dyer – dieter carrow - vedran zakharine - moira watkins
Vos Liens :
Informations Importantes :
Ivory Parkinson
Psycho
Psycho

Messages : 82
Points RPs : 153
Date d'inscription : 06/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Ven 21 Sep - 20:21


My Name Is Stain - Shaka Ponk



C’était fou d’avoir une vie aussi rangée et parfaite que celle du Dr. Parkinson. C’était presque à en devenir ennuyant. Ça l’était parfois. Un peu trop souvent... C’était bien que ce qu’elle avait reproché à sa vie avant de faire l’erreur de croire en un sang-de-bourbe. Pas deux fois. Plus de mari, plus d’amour, rien. Pas d’écart. Enfin… Pas officiellement. Il fallait que sa vie soit morne et parfait pour éloigner tout soupçon, ennuyer d’avance quiconque voudrait fouiner ou poser des questions. Une simple famille rigide et coincé. Après, c’est clair que ça la faisait chier quand même, c’était un fait. Elle savait bien cacher son jeu pour s’évader de temps en temps, sinon elle craquait. Elle était connue pour ne pas être facile, mais plus jeune aussi, bien plus sanguine et entière. Ces règles l’avaient toujours oppressées, mais elle avait appris avec le temps de prendre sur elle et faire ce qu’il fallait pour se préserver ses enfants et elle. Elle tenait le dragon endormi au fond d’elle. Sa mère avait eu raison d’elle et avait fini par la faire plier et la ramener sur le droit chemin. Cette flamme en elle existait toujours, et il est vrai qu’en ce moment, elle brulait un peu grâce à Vinny.

Elle lissait sa jupe, un geste nerveux qu’elle faisait constamment pour se recentrer, quand elle se préparait à faire quelque chose d’important, de prendre des décisions, stressée, ... Elle n’aimait pas les faux-plis, les imperfections. Maniaque, tout devait être parfait, maitrisé. C’est ça dont elle avait besoin, de tout contrôler, en dernier chef de famille en date des Parkinson. C’était pas son frère qui allait gérer ça, toujours en train de vadrouiller il ne savait où avec sa belle. Il a toujours été aussi insignifiant et transparent. Tant mieux, elle aimait ça d’avoir les rênes. Il était évident, que investie et méticuleuse dans sa vie, mais aussi au travail, elle finisse par coordonné tout le pole anti-poison de Sainte-Mangouste. Cela faisait surtout beaucoup de paperasse, mais elle trouvait toujours le temps pour être sur le terrain, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle veillait au grain, à ce que tout soit bien réaliser, qu’il ne manque de rien, … Elle s’occupait des plannings, organisait les heures et secteurs de son équipe, elle était faite pour ça. C’était aussi une vraie femme d’affaire. Tout était mené à la baguette, elle était exigeante. Certains infirmiers frissonnaient rien que d’entendre ses talons dans les couloirs. Elle mettait une certaine pression dans ce service. C’est sûr qu’elle vous ratait pas quand vous faisiez une erreur. Elle ne pardonnait pas facilement.

Aujourd’hui, elle s’était dégagée un peu de temps pour s’occuper de patient. Elle avait envie d’être en service, mettre les mains à la pâte. C’était la période des vacances, ses enfants étaient au manoir. Elle était contente de retrouver son fils et savoir qu’il avait cartonné à ses examens, bien sûr… Mais c’est qu’elle a faillit se faire griller avec Vinny. Elle avait presque oublié que ça allait être compliqué pour cet été... Bon, ce n’était que sa fille… Mais non, elle ne pouvait pas. Jamais elle leur en parlerait. Elle avait trop honte. Sa vie intime n’occupait qu’elle de toutes façons, ils n’avaient pas besoin de savoir que leur mère pouvait avoir encore quelques envies…

Elle venait de renvoyer deux patients chez eux, en voie de guérison avec un traitement. Elle avait laissé une infirmière s’occuper des départs, fournissant les médicaments et tout un tas de papier pour aller régler la note, lui rappeler les instructions et éviter de lui dire « à bientôt ». Il y en a une qui avait déjà fait ça. Quelle idiote ! Elle arrivait vers l’accueil. Elle ne porta pas la moindre attention au jeune-homme présent. Elle tira une chaise pour s’y asseoir, un petit coup de baguette magique et une plume arrivait avec tout ce qu’il fallait pour finaliser le dossier des patients. Elle s’était penchée pour attraper le cahier d’entrée et de sortie des patients en urgence. Elle vérifiait les heures d’arrivée de ceux qui n’étaient pas encore noté « sorti(e) ». Si c’était trop long, elle irait voir pourquoi ça prenait autant de temps. Les places étaient précieuses, mais les secondes aussi. Il y avait des sorts et des poisons qui ne pardonnait pas. Sa vocation n’était pas de sauver des gens clairement. C’était seulement son travail. Elle devait aider et sauver le maximum de personne ici. Point. C’était pour ça qu’elle était payée et renommée.

Elle cherchait les fiches qu’une infirmière avait au préalable remplis à l’arrivée du patient. Elle avait été envoyé directement au comptoir et atterrissait dans une petite boite pour les fiches à traiter par les médicomages. C’est là qu’elle se figea, remarquant Leonis. Il resta un moment à dévisager le brun avec dédain. Elle se demandait bien qui c’était. Il avait un badge de stagiaire. Un étudiant sûrement. On ne l’avait pas prévenu qu’on lui en avait collé un. Ou alors l’information lui avait échappé. Elle détourna la tête, après avoir pris les deux fiches dans la boite et commençait à acter les soins et les potions qu’elle avait donné. Détaillant un peu plus le diagnostic.

acidbrain



_________________
take the cure & follow the rules
©crack in time


Dernière édition par Ivory Parkinson le Dim 7 Oct - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leonis Black

Feuille de personnage
Vos DC : Cooper, Connor, Joann, Ruben, Thorfinn et Valerian
Vos Liens :
Informations Importantes :
Leonis Black
Alchimiste
Alchimiste

Messages : 5365
Points RPs : 12499
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur https://ludibaty.tumblr.com/ En ligne





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Dim 30 Sep - 21:56


Ivory & Leonis
Les vacances avaient à peine commencée que déjà tout été chamboulé. Bien entendu, il avait voulu et attendu avec impatience ce petit boulot à St Mangouste. C’est son rêve, un jour, de travailler ici. D’être étudiant en médicomagie. Depuis qu’il est certain d’avoir trouvé sa voie, il ne songeait qu’à mettre les pieds ici… Surtout que l’an dernier, il n’avait pas pu, son frère l’avait obligé à faire un stage au ministère. Autant dire que cette fois, Cael voudrait surement pas qu’il aille au ministère avec ce qui se passe. D’autant plus qu’il s’est fait renvoyé. Leo n’en revient toujours pas d’ailleurs. Les choses allaient vite, comme cette histoire avec Daegan… Le pauvre n’a plus de maison à cause des manigances de ce ministère allié aux mangemorts… Du coup, ce n’était pas prévu mais il loge chez les Black. Malgré que tout ça l’inquiète, et qu’il est triste pour ce qui arrive à Daegan. Leo a du mal à cacher sa joie de l’avoir avec lui tous le temps au manoir. Ceci dit, c’était une pensée totalement égoïste, il doute que le serpentard comprenne..déjà qu’il a du mal à accepter le fait d’être dépendant des autres, et même de lui.  Quoiqu’il en soit, son travail à St Mangouste le sortait totalement de ses pensées pour Daegan ou quoique ce soit d’autres. Parce qu’il n’avait souvent pas une minute pour réfléchir. Il venait juste d’arrivé à l’accueil, après s’être chargé de l’approvisionnement des chambres en petits matériels médicales pour les soins. Ce qui lui demandait tout de même d’aller à droite et à gauche..heureusement il avait un sens de l’orientation pas trop mauvais, et qu’il avait l’habitude de marcher avec tous les escaliers de poudlard. Il aurait été surprit de l’allure. L’infirmière présente lui donna quelques dossiers à vérifier que c’était bien rempli avant de le laisser un peu seul. Du moins, jusqu’à l’arrivée d’une femme. Cette dernière passa proche de lui sans rien dire, il marmonna un bonjour pour être polie mais visiblement elle ne l’avait pas entendue. Elle s’installa pas loin. Leo continue de vérifier les documents et signatures comme l’infirmière lui a dit de faire. Avant de sentir, un regard sur lui, ce qui le stoppa. Tournant la tête vers la femme médicomage.

Il ne savait pas trop ce qu’il devait dire, ou s’il fallait qu’il fasse quelque chose ? A part pour la paperasse, et réapprovisionner les stocks..il avait pas plus de taches plus importantes. Donc normalement, il n’avait pas à approcher les médicomages plus que ça. Son regard se porte d’ailleurs à son badge, le Dr Parkinson..ça pouvait être la mère d’Irvin ? Il savait qu’elle est médicomage. En tout cas, le court temps où ils avaient amis, il lui en avait parlé… Elle avait une allure vraiment noble mais aussi assez froide. Il sentait bien son regard qui le dévisageait. Il aimait pas cette impression, la dernière fois qu’une femme adulte le fixait comme ça, c’était sa mère..la haine en moins. Elle avait fini par s’intéressait à des fiches sur le comptoir. Mais, lui avait continué de la fixer un peu, hésitant à dire quelque chose, avant de retourner à sa tâche. Ceci, il avait quasi terminé et l’infirmière n’était toujours pas revenue. Il avait fini par refermer le dernier dossier et jeter un nouveau coup d’œil à la médicomage. En se levant, il se racle la gorge n’osant trop l’interrompre.

« Euh..excusez-moi… Est-ce que je peux..vous aidez ? »

Fit-il sans attendre qu’elle lève les yeux vers lui. Mais, peut-être qu’elle l’avait pas entendu… Il était prêt à se répéter de toute façon. Même si cette femme avait quelque chose d’impressionnant. D’ailleurs, avant de redire quoique ce soit, il jetait en même temps, un peu trop curieux de voir ce qu’elle écrivait. Ce sont des dossiers médicaux, même s’il ne comprenait pas tout ça pouvait qu’être instructif pour lui… EN tout cas, c’est ce qu’il croit, il est plus que novice et c’est un peu trop excitant pour lui tout ça. Donc, malgré son air intimidé, il était bien satisfait et agité un peu d’être ici.
AVENGEDINCHAINS

_________________
Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Tu verras que les gens incapables d’y arriver feront tout pour te décourager. Si tu veux vraiment quelque chose, t’as qu’à te battre, point-barre. À la recherche du bonheur


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ivory Parkinson

Feuille de personnage
Vos DC : vael moreau – charles dyer – dieter carrow - vedran zakharine - moira watkins
Vos Liens :
Informations Importantes :
Ivory Parkinson
Psycho
Psycho

Messages : 82
Points RPs : 153
Date d'inscription : 06/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Dim 7 Oct - 19:43


My Name Is Stain - Shaka Ponk



Non, les gens qui marmonnaient, elle ne les entendait pas. Cela avait tendance à l’énerver, surtout pour dire quelque chose. Le jeune-homme voulait se faire voir et exister, qu’il s’impose. Elle l’ignorait, prenant juste le temps de le dévisager un instant toujours aussi fermée et silencieuse. Il la regardait aussi puis finit par baisser la tête sur ses fiches. Ivory préférait ça. Elle se plongeait donc sur ses rapports médicaux et n’oubliait pas d’acter ses soins. La plume grattait rapidement sur le papier. Elle lisait un autre versant pour vérifier quelques détails et se remettait à noter. Elle levait un moment la tête pour regarder l’heure à l’horloge, sa main qui continuait de s’activer à écrire.

Elle entendit le jeune-homme se lever et s’arrêta d’écrire un moment, mais ne tournant pas la tête vers lui pour autant. Il demandait s’il pouvait aider. Finalement, elle du la tourner et le jaugeait encore. C’était bien à elle qu’il parlait ? On aurait dit qu’elle cherchait à voir en lui, plissant légèrement un oeil. Elle avait vu le regard qu’il avait porté sur ses rapports. Ivory fermait lentement les dossier et reposait sa plume. Un soupir. Elle cherchait une excuse pour l’envoyer balader. Soudain, un homme s’égosillant, hurlant de sa voix rauque, on pestait au fond du service. Il y avait un fracas, le matériel volaient, dont une chaise. Une infirmière reculait, la main sur sa tête. D’autre collègue arrivèrent. Enfin, le calme et plus un bruit, les infirmières commençant à ramasser ce qui avait été jeté et avait fini sur le sol. Ivory était resté d’un sang-froid, observant seulement. C’est quand elle vit un médicomage venir soutenant l’infirmière un peu sonnée, lui expliquer ce qui s’était passé qu’elle se décidait d’agir. Elle prenait le relais sur ce patient.

« Suivez moi… » avait-elle dit à Leo, très rapidement passant à côté de lui. Ne le voyant pas venir, elle s’arrêtait devant le comptoir, face à ce qu’elle prenait pour un éditant en médicomagie. « C’est à vous que je parlais, venez. » répétait-elle, sur le même ton ferme et sans émotion qu’on lui connaissait. S’il avait envie d’apprendre, il n’avait qu’à se donner les moyens. Elle ne le répéterait pas une troisième fois et s’en allait vers le lit du patient un peu agité. Il avait été endormi par magie. Elle lissait le tablier sur sa robe, toujours sa manie et prit le dossier qu’une infirmière lui tendait venant tout juste de le ramasser. « Laissez le moi, c’est bon… » soufflait Ivory un peu agacé par la situation, faisant signe assez sèchement à la demoiselle de partir. Ce genre d’incident devait être éviter au mieux. C’était son service, elle tenait à ce que ce ne soit pas le foutoir, non surtout pas ! Un oeil sur l’homme et elle reportait son attention sur le rapport, les symptômes et ce qu’elle pouvait en observer. Évolution ou non, toujours présent, une erreur d’interprétation, ...

Leo arrivait, entendant simplement le rideau bougé et sans le regarder, levant le bras de l’homme pour observer les marques sur sa peau, elle lui demandait tout une liste de médicaments magiques à lui apporter. Il espérait qu’il avait une bonne mémoire et qu’il était efficace, sinon ça allait continuer à gueuler au fond du service.

acidbrain



_________________
take the cure & follow the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Leonis Black

Feuille de personnage
Vos DC : Cooper, Connor, Joann, Ruben, Thorfinn et Valerian
Vos Liens :
Informations Importantes :
Leonis Black
Alchimiste
Alchimiste

Messages : 5365
Points RPs : 12499
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur https://ludibaty.tumblr.com/ En ligne





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Sam 27 Oct - 17:27


Ivory & Leonis
Leo s’était dirigé vers la femme médicomage. Après tout, il avait fini ce qu’il avait à faire, et l’infirmière qui lui donne les consignes été pas encore revenue. Donc, il n’allait pas rester la bêtement à rien faire… En tout cas la femme n’eut pas l’air de remarquer sa présence donc, il finit par prendre la parole un peu intimidé. Demandant juste si elle avait besoin..d’un larbin en fait..même s’il dit pas les choses comme ça. La médicomage fini par se retourner vers lui, sauf qu’elle ne disait rien..le jonchant juste du regard ce qui était assez angoissant. Lui savait pas trop quoi dire..de plus. A croire qu’il aurait mieux fait de rester à sa place et fermer sa gueule… En tout cas, la curiosité était un peu plus forte que lui et il avait regardé ce qu’elle avait écrit mais du le remarquer puisqu’elle referma son dossier. Ce fut pesant ce silence..mais brusquement un homme se mit à hurler ce qui fit sursauté Leo. Cela résonne, c’est un chahut, on entend des fracas et des choses voler… Sur le coup, il reste figé..en fixant vers la bas ou se passe l’action.

« Qu’est ce qui ce passe ? »

Fit-il s’en forcement se rendre compte qu’il avait dit ça à haute voix. La réponse devait forcement être évidente. Il est dans un hôpital ce genre de chose peut arriver… C’est vrai qu’il est un peu craintif et sur le coup ça l’avait surpris, il n’avait pas l’habitude. Puis son frère lui avait dit de faire attention car y avait certainement des mangemorts à St Mangouste..mais là ça avait rien avoir, c’était juste un patient turbulent. D’autres arrivent aux secours des infirmières maintenant que le patient semble avoir été calmé. Il sait pas trop s’il était sencé aller aider les autres à ramasser tout ce qui a été balancé..mais il eu pas le temps de se faire la réflexion puisque la médicomage qui été restée stoique jusque là, lui dit de la suivre… Ou du moins, il l’avait cru, il était pas sur. Il regarde autour de lui, mais y avait que lui… Et la femme lui repéta de le suivre, quelque chose lui disait qu’elle été pas du genre patiente.

« euh oui Mada..euh Docteur… Mais je.. »

Houlà, il savait plus ce qu’il devait dire. Puis, il n’avait pas eu le temps de lui dire que ce n’était pas vraiment dans ses attributions. On lui avait dit qu’il n’aurait pas à approcher les patients lorsqu’il est arrivé… Mais visiblement, il n’avait pas trop le choix la médicomage était déjà parti en avant et l’attendait pas. Du coup, il s’empresse de quitter le comptoir pour la rejoindre aussi vite qu’il peut. Sauf qu’elle fut rapidement au chevet du patient et arrive avec un petit temps de retard. Il tire le rideau et le referme sans rien dire l’observant examiner le patient. Et sur le moment il trouvait ça génial à voir les gestes et les réfléxes qu’elle pouvait avoir. Il émit un petit sourire un peu idiot. Mais qu’il ravala vite lorsqu’elle lui demande tout un tas de médicaments qu’il note dans sa tête..des noms qu’il connait et d’autres non… Il est pas encore étudiant en médicomagie, alors, c’était sans doute normal que certains noms lui dise rien..pourtant il lit souvent des livres de médecine. Il aquiesça, se disant juste qu’on n’avait surement pas le droit de dire non à cette femme. Et que c’était une mission important et donc qu’il devait faire de son mieux sinon..il se ferait surement viré. Il n’était vraiment pas question que ça arrive. Du coup, il s’arrête prêt d’une infirmière qui aide à ramasser les objets éparpillés, lui répétant tous les médicaments que la médicomage à dit. Heureusement, il avait une bonne mémoire..parce qu’il était même pas sur de l’existence de ces noms. Mais visiblement la jeune femme avait tout comprit et l’emmena avec elle puis lui donna un plateau en plaçant les médicaments qui faut dedans. Il la remercia avant de retourner vers le patient et la médicomage, posant le plateau à côté d’elle.

« Voilà..Docteur..Parkinson »

Fit-il avec hésitation, mais au moins, il ne pouvait pas se tromper pour le nom, c’était sur sa blouse. Mais, il se sentait mal à l’aise comme s’il avait rien à faire là..et à la fois excité parce qu’il était là… Du coup, il souriant un petit bêtement par moment et ravalait son sourire quand elle le regarde… Voilà, il va passer pour un idiot..du coup, il fallait qu’il trouve un truc pour paraitre moins con…

« Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous aider Docteur ? »


Tiens, il avait déjà posé cette question-là… La deuxième fois c’est peut être la bonne…

AVENGEDINCHAINS

_________________
Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Tu verras que les gens incapables d’y arriver feront tout pour te décourager. Si tu veux vraiment quelque chose, t’as qu’à te battre, point-barre. À la recherche du bonheur


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ivory Parkinson

Feuille de personnage
Vos DC : vael moreau – charles dyer – dieter carrow - vedran zakharine - moira watkins
Vos Liens :
Informations Importantes :
Ivory Parkinson
Psycho
Psycho

Messages : 82
Points RPs : 153
Date d'inscription : 06/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Lun 26 Nov - 21:48


My Name Is Stain - Shaka Ponk



Non, la patience ce n’était pas vraiment son genre à Ivy, surtout pas au travail. Vite et bien fait. En gagnant du temps à ne pas se répéter par contre on pouvait le donner au patient. Suivre le protocole et donner les traitements. Elle lui demandait donc de le suivre et elle avait été gentille, elle prit la peine de lui répéter une deuxième fois. Leonis ne perdit pas de temps pour emboiter le pas de la médicomage du pôle. Le patient un peu agité avait été immobilisé, endormi de force. Malgré tout on pouvait voir ses membres légèrement pris de spasmes, la douleur toujours présente. La baguette en main Ivory le levait du lit et venait l’inspecter, soulevait ses bras, retroussait son pantalon pour examiner ses chevilles, les vaisseaux pétés de ses yeux révulsés, …  pour voir ce qui pourrait lui donner des indices… Des symptômes afin d’être guidé vers un diagnostique plus précis. Elle analysa très vite le problème après avoir relu les plaintes du patient noté sur sa feuille de circulation.

Elle était resté silencieuse durant son observation, le regard perçant et dénué d’émotion. Elle analysait un humain ou une pièce de boeuf que ça aurait été pareil. Il y avait un problème, elle cherchait une solution. Parfois c’était d’abréger leurs souffrances. Même quand Leo était arrivé un poil après elle, elle ne l’avait pas vu, bien trop concentrée. Elle se redressait et muet jusqu’à présent, il avait intérêt à être réactif car elle se mit à parler subitement et c’était pour qu’il parte lui chercher des choses. Elle déblatérait alors la liste à celui qu’elle prenait pour un étudiant en médicomagie. Il n’osait pas lui dire non, on pouvait comprendre. Il ne serait pas le premier dans ce service à avoir peur de refuser un ordre ou de redire quelque chose. L’étudiant en carton partit alors lui ramener sa liste de médicament et d’outils.

Elle finissait d’examiner l’homme plus en détail et une infirmière arrivait pour lui proposer de l’aide en attendant. « Non, c’est bon. J’ai un étudiant avec moi, c’est rien de… J’ai juste besoin qu’on me le tiens… » lui confiait-elle avec un sourire sardonique. L’infirmière secouait la tête, faussement dépité par la cruauté de la médicomage, mais dans ce métier, ce genre de situation, ils étaient tous passé par là. Elle comprenait ce que faisait sa supérieure, elle voulait qu’ils aient conscience que c’est pas tout les jours faciles et ça peut être pire. Aussi froide et sans-coeur qu’elle pouvait être, pour elle ce métier, on ne le faisait pas à la légère. On se donnait sinon rien.

L’infirmière trouva alors des tâches à remplir dans le service, laissant la femme avec ce patient. Leo était revenu et avec tout. Elle le dévisagea un moment, mais assez épaté, on pouvait le lire à son regard hautain, mais ce semblant et étrange sourire aux coins des lèvres. Elle lui fit un signe de tête pour qu’il pose le plateau sur la table. Elle lissait son tablier par-dessus sa robe, toujours cette manie qui ne la quittait jamais. Elle préparait les médicaments entre eux, versant un peu de poudre, et de la pâte d’une autre dans un pilon et le tout s’écrasait par magie après un gracieux mouvement de baguette. Ivory sentait le regard du jeune-homme, l’ayant au coin de l’oeil. Il était… bizarre. Il fait un peu simplet… J’espère qu’ils ont encore perdu personne en psychiatrie. Il y a bien eu un crétin une fois qui s’est fait passé pour un infirmier alors qu’il avait juste oublié qu’il était un patient.

Elle entendit vaguement la voix du jeune-homme et elle se retournait. « Oui, tu peux. » lui dit-elle avant de verser sa mixture dans un flacon avec de l’eau et le secouer vivement, le doigt sur le bouchon. « Je vais avoir besoin qu'on me maintienne le patient pour que je lui donne ses soins. J’espère que t’as de bon bras. J’évite la contention par magie direct quand ce n’est pas vraiment nécessaire. Je suis de l’ancienne école et que quand on immobilise le corps d’un patient par magie, il y a des… réactions secondaires qui peuvent nous échapper. » Elle manquait un temps de silence, pour la réflexion. « C’est rare, mais ça peut arriver. » et elle n’aimait pas prendre de risque, enfin officiellement et surtout pas au travail. Elle ne l’avouerait jamais, elle n’allait pas donner le mauvais exemple à son équipe soignante. Soit, ça devait parfait et bien fait. Un peu trop. Peut-être qu'elle prenait plaisir à voir souffrir les gens, c'est ce que disait les bruits de couloir.

Elle posait le flacon et reprit sa baguette en main. Sans un mot, juste d’un geste précis du poignet et du bras, elle écartait les choses inutiles du lit, reposait le patient dessus et des sangles en cuir sortir de sous le cadre métallique et grinçant du lit pour passer sous les épaules du patient, sur son bassin et ses jambes. « Vous me tenez la tête, je dois lui en mettre dans l’oeil, mais c’est comme si je lui lâchait une cendre encore incandescente à chaque goutte. » lui dit-elle sans aucune émotion, elle le prévenait juste. L’homme allait déguster et il allait hurler. Elle créa une sphère insonorisé pour épargner à tout le service d’en profiter.

acidbrain



_________________
take the cure & follow the rules
©crack in time


Dernière édition par Ivory Parkinson le Sam 26 Jan - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leonis Black

Feuille de personnage
Vos DC : Cooper, Connor, Joann, Ruben, Thorfinn et Valerian
Vos Liens :
Informations Importantes :
Leonis Black
Alchimiste
Alchimiste

Messages : 5365
Points RPs : 12499
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur https://ludibaty.tumblr.com/ En ligne





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Sam 22 Déc - 23:26

Il n’était pas censé s’approcher ou parler aux patients. C’est ce qu’on lui avait dit formellement son premier jour. Alors, qu’est-ce qu’il est en train de faire là ? Mais cette médicomage..elle le laisse pas..elle a ce regard qui l’intimide. Il n’a pas su la contredire ou la décevoir… Il ne sait pas trop. Leo sent bien qu’il doit l’écouter et se taire… Sauf qu’il enfreint les règles en l’écoutant. Il va avoir des problèmes..c’est sur qu’il va avoir des problèmes. Il doit réagir, mais, le serdaigle en est incapable. Au lieu d’écouté son bon sens, il revient les bras chargé d’un plateau remplit de médicament ou autre produit dont il ne connaissait même pas le nom pour certains y a deux minutes…

Cette femme médecin le fixe étrangement. C’est encore plus stressant. Leo reste quelques secondes stupide avec son plateau dans les mains sans savoir quoi faire. Il regarde la médicomage, elle a presque un sourire en coin de lèvre, c’est assez étrange. Puis subitement, il se réveille quand elle lui fait signe de poser le plateau sur la table. Le serdaigle s’était exécuté immédiatement malgré sa nervosité. Et dire que son seul stress au départ c’était le fait de peut-être rencontrer des mangemorts à St Mangouste. Son frère lui avait fait la leçon la dessus, ce qui l’avait pas mal paniqué… Et au final, il n’avait pas le temps d’y songer. Rien que cette situation est angoissante… Son calme reprit lorsqu’elle fait la préparation des médicaments. Il aurait voulu en savoir plus sur cette composition mais il n’osait pas l’interrompre. C’était assez fascinant à voir… Puis, il fini par demander si elle avait besoin de son aide… Car mine de rien, il avait toujours pas sa place ici… Il devrait pouvoir se défiler, sauf qu’il en avait pas spécialement envie, et même temps si… Tout s’embrouille dans sa tête. Il s’imagine déjà se faire virer quand elle va savoir qu’il l’a laissé dans son erreur. Mais, elle l’empêchait de se défiler en disant qu’il pouvait l’aider… Cela avait un côté effrayant mais excitant à la fois. Par contre, la suite calme net Leo..maintenir le patient ? Des bons bras ? Sans magie ? Tout ça, se complique d’un coup…

« Euh je..j’ai jamais fait ça. Je..ok d’accord, j'vais y arriver… »

Pourquoi il dit d’accord ? S’il avait des bons bras ça se saurait… Enfin, il ne savait pas trop ce que ça voulait dire pour le coup. Ça lui fout la trouille soudainement. Le patient va lui mettre un coup s’il le tient mal c’est ça ? Il trouve que dans ce cas là, la magie semble très nécessaire..cette femme a perdu la raison. Les épreuves de forces ce n’est vraiment pas son truc… Sauf qu’il acquiesce, et se sent très con de le faire. Son inquiétude au fond de lui se tait pas tandis qu’il pose ses mains sur la tête de l’homme pour le maintenant après avoir été très refroidit par les sangles qu’elle lui a attaché partout. Tout ça ressemble a un truc horrible..il a l’impression de faire un truc horrible..et il obéit bêtement sans comprendre. Puis pendant quelques secondes il se rassure tout seul en se disant que c’est St Mangouste, on ne fait pas de mal aux gens à l’hôpital… Non c’est juste dans sa tête. Sauf que les prochaines paroles de la médicomage l’aide pas à en être convaincu. Il répète bêtement.

« Une cendre incandescente ? Mais..c’est violent… Pourquoi on doit faire ça ? »

Fit-il inquiet. C’est pas que violent..c’est aussi horrible et cruel à son gout. Cependant, il le tenait quand même. Espérant une réponse rassurante de la part de la médicomage..car lui, il sait pas du tout ce qu’il faisait…

_________________
Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Tu verras que les gens incapables d’y arriver feront tout pour te décourager. Si tu veux vraiment quelque chose, t’as qu’à te battre, point-barre. À la recherche du bonheur


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ivory Parkinson

Feuille de personnage
Vos DC : vael moreau – charles dyer – dieter carrow - vedran zakharine - moira watkins
Vos Liens :
Informations Importantes :
Ivory Parkinson
Psycho
Psycho

Messages : 82
Points RPs : 153
Date d'inscription : 06/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Sam 26 Jan - 19:36


My Name Is Stain - Shaka Ponk



Ivory avait préparer la cocoction à glisser dans l’oeil du patient. Elle avait fait son diagnostic, pas besoin de faire des tests, elle était sûre d’elle. Leo avait l’air un petit peu hésitant, mais il était prêt à aider. Voire essayé. Ivory tiqua sur ce mot, tirant nerveusement le coin de sa bouche en un rictus pas confiante du tout. « J’espère bien que vous allez y arriver… Ce serait dommage de se faire mordre la main à sang pour son premier stage. » lui dit-elle toujours de son ton glacé et sans émotion. Elle avait bien compris qu’à sa façon d’être et dont il avait dit les choses que ça devait être sa première expérience. Si elle savait, c’était bien sa première expérience, mais il n’était pas encore en médicomagie du tout. Qu’un jeune volontaire pour cet été… Elle qui était si pointilleuse mais à être trop sûre d’elle, elle était en plein dans l’erreur.

La patient était sanglé, la Médicomage profitant de lui expliquer ce qu’elle allait faire. Le jeune homme était un peu refroidi par la façon de faire. Choqué même. « Bah… Pour le guérir voyons… Ce qui est plus fort que du poison, n’est pas forcément doux et sucré. » dit-elle avec un sourire brillant. Une expression… Une vraie médecin de la mort tant tout ce qui dégageait d’elle était d’une froideur. « Il est infecté depuis trop longtemps par un poison à base de datura. Le soucis avec cette plante, c’est qu’elle atteint le cerveau et l’esprit. C’est ce qui le rend violent… » Elle marquait une pause. « Un traitement a libération prolongée ne servira à rien. Il faut enlever ça et maintenant, et j’ai rien de plus rapide et efficace. »

Elle lui fit un signe de tête et réveillait l’homme, le rendant conscient et libre de son corps, ou presque. Le patient hurlait, enragé et se débattait comme un fou. Plus il bougeait et plus les liens magiques se resserrait pour continuer de l’immobiliser. Le souffle un peu coupé, il s’était calmé pour tenté de respirer. L’homme s’égosillait, mais ce n’était rien encore. Une goutte passa dans son oeil et le visage de l’homme échappa légèrement des mains de Leo tant il se débattait. La douleur était insupportable.

Ivory ne grimaçait même pas, restant concentré et observant l’homme. De rapide coup d’oeil sur le reste de son corps, les mouvements et les marques violacée dans l’intérieur de ses coudes, et sur ses genoux, le bout de ses doigts. Pas de changement, l’homme une fois la douleur passer les insultait, tentait de leur cracher dessus. « Encore une ! » Dit-elle fort pour passer par-dessus la voix du patient et jetant un regard à l’élève. Elle attendait qu’il soit prêt et le tienne de nouveau avec le plus de force et fermeté possible, le temps qu’elle en glisse un autre. Vu qu'il savait ce qui l’attendait, le patient allait être beaucoup moins coopératif pour un deuxième tour.  

acidbrain



_________________
take the cure & follow the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Leonis Black

Feuille de personnage
Vos DC : Cooper, Connor, Joann, Ruben, Thorfinn et Valerian
Vos Liens :
Informations Importantes :
Leonis Black
Alchimiste
Alchimiste

Messages : 5365
Points RPs : 12499
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur https://ludibaty.tumblr.com/ En ligne





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Dim 27 Jan - 17:49

Toute cette histoire ne disait rien qui vaille à Leo. Ce dernier n’était pas rassuré du tout. Surtout que ça hurlait dans sa tête qu’il n’avait rien à faire là. Et qu’il va surement faire une connerie, tout ça va lui tomber dessus. Mais, il se sent incapable de répliquer devant l’intimidante médicomage. Cette derniere d’ailleurs semble pas apprécier ses paroles… Le serdaigle grimace en l’écoutant. Bêtement, il mit sa main dans son dos avant d’oser lui jeter un regard. Secouant la tête. Il avait aucune envie de se faire mordre et attraper il ne sait quel symptôme étrange… Devenir aussi cinglé que cet homme. Quoiqu’il puisse avoir…

« Oui, Madame, désolé… Je..j’vais y arriver. Enfin..c’est pas contagieux ? Comme une espèce de rage ?... »

Fit-il avec plus d’inquiétude, se répétant dans sa tête plusieurs fois de pas se faire mordre. Il ne veut pas avoir la rage. Il est plus très sûr de vouloir le toucher. Mais, il semblerait qu’il n’a pas trop le choix. Après tout c’est son rêve de devenir médicomage..alors s’il recule au premier patient… Le problème c’est qu’il est pas du tout prêt pour ça. Il a suivi aucun cours pour le moment, il n’a même pas encore passé son année d’aspic… C’était un peu beaucoup pour lui de voir cet homme sanglé. Il avait l’impression que c’était mal tout ça… Surtout avec cette histoire de goutte qui brule les yeux. Cela ressemble à de la torture, ça semble sadique… Il se sentait très mal à l’aise. La médicomage eut l’air de se moquer en lui faisant remarquer que c’est pas avec un petit pansement qu’il allait soigner les gros bobos. Leo grimace, se sentant assez bête tandis qu’elle lui offre une explication rapide du problème qui torture cet homme.

« Violent ?... Jusqu’à quel point ? » Couina-t-il légèrement anxieux. Visiblement, c’était la seule solution alors, il acquiesça avant de placer ses mains autour de la tête de l’homme. Sentant son propre rythme cardiaque s’accélérer. Tout ce qu’il espère c’est que ça aille vite. Quand l’homme se réveilla, ce fut horrible. Leo ferma les yeux tout en le tenant, tandis qu’il hurle et se débat. Et quand la goutte tombe dans son œil, il ne réussit rien qu’avec sa tête à déséquilibrer le jeune Black. Ce dernier l’avait lâché, se reculant légèrement, un peu paniqué. L’homme continuait d’insulter et de gueuler. Leo se sentait de moins en moins bien… Tout ça l’affole. Seulement, la médicomage insiste pour recommencer. Et il se sent obligé. Les mains hésitantes, il s’approche à nouveau… Sauf que bêtement, il jette un regard à la femme sans faire attention au patient qui brusquement referme sa mâchoire sur sa main. C’est violent, Leo pousse un couinement, retirant sa main comme il peut, le plus rapidement possible. Et en tirant, il tomba en arrière, sur le sol..de façon bien pathétique… Le patient hurlait et rigolait en même temps comme un fou. Un vrai cinglé. Leo grimace, couinant un peu… La douleur ce n’était rien, même si en tenant sa main, il voit sa paume sinter de sang. Il avait surtout peur de devenir cinglé aussi… Brusquement ça le réveille..secouant sa main nerveusement. S'agitant inutilement. « Oh non, non, j’suis contaminé aussi !! » Beugla-t-il sur un air de panique.

_________________
Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Tu verras que les gens incapables d’y arriver feront tout pour te décourager. Si tu veux vraiment quelque chose, t’as qu’à te battre, point-barre. À la recherche du bonheur


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ivory Parkinson

Feuille de personnage
Vos DC : vael moreau – charles dyer – dieter carrow - vedran zakharine - moira watkins
Vos Liens :
Informations Importantes :
Ivory Parkinson
Psycho
Psycho

Messages : 82
Points RPs : 153
Date d'inscription : 06/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Sam 30 Mar - 16:34


My Name Is Stain - Shaka Ponk



Elle était contente qu’il se reprenne et qu’il s’y mettrait sérieusement. Il lui demandait si c’était contagieux et elle ne prit pas vraiment le temps de répondre. Elle lui aurait dit si cela avait été le cas, enfin… Normalement, il devrait savoir les bases si c’était un élève en médicomagie. Un léger signe de tête, presque hautain pour lui signifier plus qu’il était idiot que ce n’était pas le cas. La rage… Quel exemple… Le rhume est contagieux aussi, la dragoncelle… Bon c’est vrai qu’on dirait qu’on traite un animal et encore… Il ne s’est pas remit à brailler.

Il était temps de s’occuper du patient. Elle le sortait de sa torpeur et s’appuyant sur le jeune homme qui devait le maintenir, elle essayait tant bien que mal de lui mettre les gouttes de l’antidote dans l’oeil. L’homme hurlait et se débattait. Soudain, la prise échappait à Leonis. Le Dr. Parkinson n’avait réussi qu’à mettre deux gouttes. Une lui avait échappé. Il n’était toujours pas calme, au contraire. Elle insistait pour qu’il le tienne encore et qu’elle continue à lui faire subir le traitement. Le brun n’était pas très rassuré et l’accident arriva. Les dents sur la main du jeune, elle observait la scène sans once d’émotion. Elle réfléchissait et l’observait carrément blasée. Quel empoté, qu’elle pensait.

Le jeune homme finit par terre et elle se pinçait l’arrête du nez, exaspéré. Il disait qu’il était contaminé, en panique et le patient qui se bidonnait. Elle finit par soupirer en secouant la tête avec lassitude. Elle fit le tour jetant des gazes à Leo, l’enjambait et au-dessus de la tête du patient, elle l’encerclait de son bras autour du visage pour le bloquer et vint lui mettre la goutte. L’air de rien, elle avait réussi à le tenir assez longtemps pour qu’elle lui tombe dans son oeil injecté de sang, la suppliant d’arrêter sa torture. Elle lui soufflait un glaçant « shhht… » sa tête contre son coeur, le tenant avec force. L’homme suffoquait presque.

Après la troisième goutte, l’homme eut l’air de s’apaiser enfin, tombant de sommeil après tout ce qu’il venait de vivre à cet instant et même depuis que le poison avait commencé à le ronger. Ivory eut un léger soupir, satisfaite. C’était fini. Elle retirait la sphère insonorisée et un coup de baguette pour desserrer un peu les sangles. En passant, elle remit un peu d’ordre à sa coiffure, le chignon défait dans les ébats avec le patient.

Elle tendit la fiole et la pipette à Leo, afin qu’il s’occupe de ranger et nettoyer. « On va le garder en observation encore deux jours, pour être sûr qu’il ne rechute pas, car il reste des particules encore bien accroché. Au moindres signe, on essaiera de retirer les restes avec un traitement plus doux et de fond… » lui expliquait-elle, vu qu’il était élève, n’est-ce pas ? Elle marquait une pause, se tapotant le menton puis fit un mouvement vers le dossier du patient et la plume à papotte. « Commencer le traitement de fond sur une semaine. Prévoir l’antidote pour la sortie. » avait-elle dicté. « Toi aussi tu vas en prendre un peu. Sur trois jours. Normalement ça devrait allé, t’as pas été si exposé je pense mais dans le doute. Mieux vaut prévenir que guérir… » fit-elle toujours aussi froide, s’approchant de lui de son pas claquant et austère. Elle tendait la main, paume ouverte vers lui et lui fit un signe de lui montrer sa main.

Elle attendit, il n’avait pas intérêt à jouer les peureux ou les mystérieux. Mieux valait lui donner sa main. Elle reverrait ses doigts de dragons sur la sienne et la tirait vers lui, retirant la gaze. « Tu devrais apprendre à te tenir par contre… Devant les patient je parle. » lui fit-elle la remarque en venant bouger ses doigts de ses deux mains et son poignet et voir sa réaction. Elle vérifiait que cela n’était qu’un méchante morsure humaine. « Tu auras juste un bel hématome je pense. » lui dit-elle avec simplicité, lâchant enfin sa main. « Va la laver à l’eau claire. » lui donnait-elle l’ordre en lui désignant le lavabo du regard. « On ne t’apprends rien à Owlin ? Le respect des patients, faire attention à ce qu’on se dit. Il était dans un état second, mais il aurait pu mal le prendre. Mets toi seulement à sa place. Il a besoin d’aide, et toi après un petit accident, tu panique car t’as peur d’avoir son mal. Tu penserais quoi de cet infirmier ou docteur à sa place ? Pas très rassurant. Il panique pour rien, sa maladie est peut-être horrible qui sait… On s’en sort vivant ? Vu comment le soignant le prend. Puis c’est aussi vexant… Même si on ne le pense pas, on se montre compatissant, sans jugement et surtout un maitrise de soi. Il se repère à notre savoir faire et noter assurance. » lui expliquait-elle sèchement ce qu’elle avait pensé de son intervention de petit bébé apeuré. « Si t’es pas capable de faire ça, abandonne déjà cette voie… Sinon, tu seras bon qu’à t’occuper des prisonniers d’Azkaban. C’est pas un Sainte-Mangouste qu’on t’engagera. »

acidbrain



_________________
take the cure & follow the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Leonis Black

Feuille de personnage
Vos DC : Cooper, Connor, Joann, Ruben, Thorfinn et Valerian
Vos Liens :
Informations Importantes :
Leonis Black
Alchimiste
Alchimiste

Messages : 5365
Points RPs : 12499
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur https://ludibaty.tumblr.com/ En ligne





fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1Lun 29 Avr - 20:51

Tout c’était vide enchainé. Leo n’a pas eu le temps de réfléchir, il a juste paniqué lorsque ce mec l’a mordu. C’est vrai qu’il avait été très vite apeuré ne pensant qu’à lui, et au fait qu’il soit lui aussi maintenant victime de ce poison aussi violent qu’étrange. Même si a vrai dire, c’était pas l’état de l’homme qui lui avait fait le plus peur..mais le remède et la brutalité à laquelle il est employé. Cependant, la Parkinson prit vite les choses en main. Lui balançant de quoi mettre sur sa main, pour ensuite continuer le traitement en solitaire. Leo ne sait pas trop s’il est soulagé de plus être complice de cette torture ou s’il est honteux d’avoir foiré et lâché l’affaire… Peut-être qu’il n’est pas fait pour ça finalement, il se voit mal un jour agir comme elle le fait. Elle est bien plus impressionnante que lui ne le sera jamais… Le serdaigle fini par baisser les yeux lorsque le patient devient calme et que la médicomage commence à parler de la marche à suivre pour les jours avenir. Leo s’était donc relevé tant bien que mal toujours en tenant une certaine pression sur sa main blessée. Lui aussi s’était largement calmé. Un peu inquiet mais son instant de panique n’avait duré que quelques secondes. Il avait plutôt l’impression qu’il s’était monté la tête pour rien..sinon elle lui aurait certainement bruler les yeux aussi… Comment ne pas se sentir stupide ? A croire qu’il est vraiment la maladresse incarnée couplé sans doute avec la bêtise… C’est que même s’il réussit à devenir étudiant en médicomagie, ils vont plus vouloir de lui. Il sort de ses pensées et de s’auto flagellation lorsqu’elle s’adresse à nouveau à lui.

Leo acquiesce sans rien dire pour cette histoire d’antidote. Voilà, elle confirmait que ce n’était pas grand-chose et qu’il s’est ridiculisé pour rien… Il la laisse prendre sa main lorsqu’elle l’incite à le faire. Légèrement anxieux en l’observant l’examiné. « Je..je suis désolé, c’est la première fois que..je vois quelque chose comme ça » C’était nul comme excuse… Surtout c’était nul de vouloir se justifier, il s’en rend bien compte. Mais, il a toujours tendance à paniquer..et fallait qu’il apprenne à être moins craintif… Il grimace un peu a force qu’elle le tripote, il fut soulager qu’elle le relâche, c’était moins marrant pour l’hématome..mais si c’était que ça, ça allait. Leo lui obéit lorsqu’elle lui désigne le lavabo, l’ouvrant pour nettoyer sa plaie. Parcontre le long discours de la médicomage sur son incompétence et rester calmer le grise complétement. A l’entendre y avait aucune chance qu’il devienne médicomage un jour lui-même… Le pire c’est qu’il a tendance à le penser, car il rate toujours tout..c’est comme ça. Sa mère lui avait bien dit avant que ça arrive qu’il ne réussirait rien. Pourtant les choses semblaient s’améliorer..en tout cas avec Daegan, c’était le cas… Il referme le robinet, jetant un regard peiné sur la femme.

« J’ai compris… C’est pas la peine d’enfoncer le clou, j’ai encore le temps de m’améliorer » Enfin il croit..vu qu’il avait rien commencé encore. « J’en suis capable..peu importe ce que vous pensez en ce moment » Il essaye d’avoir confiance en lui-même mais c’est pas si facile, mais pas question qu’il se laisse dire qu’il est nul et qu’il y arrive jamais. « Et j’ignore ce qu’on n’apprend à Owlin..j’ai pas encore l’âge..mais quand ça arrivera, je saurais contrôler mes émotions. » Il l’espère tout du moins, car c’est bien ses émotions qui lui cause toujours des problèmes…

_________________
Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Tu verras que les gens incapables d’y arriver feront tout pour te décourager. Si tu veux vraiment quelque chose, t’as qu’à te battre, point-barre. À la recherche du bonheur


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Empty
MessageSujet: Re: fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)   fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy) Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
fallait le dire que vous étiez là – seulement – pour faire le café... (leo&ivy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si vous étiez un sort vous seriez...?
» si vous étiez un chat lgdc...
» Et si vous étiez un voyageur ?
» "Bonsoir ... j'ai entendu dire que vous recrutiez."
» Et si vous étiez l'Histoire ? - sondage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise From The Ashes :: 
Monde Magique
 :: Londres Magique :: Hôpital Ste Mangouste
-
Sauter vers: