RSS
RSS

Navigation

Liens utiles

Sabliers

GRYFF.
6170
POUFF.
8095
SERD.
8790
SERP.
13820

Vidéo du Forum

Top Sites


PRDBazzartNever Utopia

Copyright

Le forum Rise From the Ashes est l'entière propriété de ses fondatrices Ilyria, Panda-Sama, Mzlle Lou & Zuzuu. Le contexte est basé sur la saga Harry Potter appartenant à J.K. Rowling et à été écrit par Ilyria. Le design et codes CSS sont d'Ilyria (Theo). Les descriptions des catégories sont de Zuzuu. Les chronologies et autres annexes ont été inspirées par l'encyclopédie HP. Toute reproduction entière ou même partielle est interdite.


 


Partagez | 
 

 The dark side of the moon (Doug & Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
Vos DC :
Vos Liens :
Informations Importantes :
Caleb Shafiq
Psycho
Psycho

Messages : 202
Points RPs : 182
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: The dark side of the moon (Doug & Caleb)   Lun 18 Juin - 11:55

the dark side of the moon
Douglas/Bren & Caleb



Cabane du garde chasse


La lame virevoltait dans sa main, dansant mortellement entre les doigts habiles du barbu qui affichait un sourire insouciant. Il fredonnait un air qu’il ne reconnaissait même pas, peut-être était-ce d’ailleurs de sa propre invention. Après tout, il n’avait jamais été mélomane le Shafiq, il avait d’autre talents. Des talents qui l’enchantaient d’ailleurs beaucoup plus que de savoir fredonner ou chanter de la meilleure des manières. Inclinant légèrement la tête sur le côté, il appose sa main libre sur la peau qui s’offre à lui, tirant sur le poil très court et désormais terne de la créature. Et d’un geste sûr et efficace, il s’attelle à découper la chair, concentré à la tâche. Ce n’était pas la première fois qu’il dépeçait une bête de toute façon, en tant que garde-chasse, c’était d’ailleurs une capacité plutôt utile. Il fallait bien savoir tirer les ressources de ce que la forêt offrait, et Caleb était l’homme de la situation. Avec cette viande, il pourrait aisément nourrir les animaux qui créchaient à Poudlard, et avec cette peau et ce cuir, peut-être pourrait-on faire des vêtements, ou quoi que ce soit. Une tâche alors plutôt banale, mais dont les fruits peuvent être bien utiles. Il ne faut alors pas plus de quelques minutes au blond pour effectuer entièrement ce petit travail. Après tout, il préférait de loin s’occuper ici, dans sa cabane avec son fidèle compagnon, que d’errer à Poudlard et de croiser tous ces gamins qui l’agaçaient au plus haut point. Enfin, certains avaient l’air sympa. Parfois. Mais Caleb avait toujours préféré la solitude, le calme, et le silence presque angoissant de la Forêt Interdite et de ses alentours. Personne pour le déranger, personne pour rire ou parler à vive voix, personne pour titiller son petit côté sombre. C’était son lieu de retraite, son sanctuaire, que personne n’avait le droit de fouler. Ou à ses risques et périls.

D’un geste presque habituel, il lance un morceau de viande crue à son chien loup, allongé à ses côtés. Celui-ci semble le remercier d’un aboiement, lui léchant finalement la main. C’est un sourire que Caleb lui renvoie, cette expression qu’il n’offre qu’à son animal, ou à si peu de personne. Caleb n’avait jamais vraiment eu d’amis, ou si peu de temps qu’il n’y avait à peine cru. Peut-être était-il fait pour finir seul, ou plus encore, peut-être n’avait-il pas le droit de côtoyer ses semblables. C’était à cause de ça, de ce truc qu’il avait, qu’il tentait de comprendre. Sans succès. C’était ancré en lui, comme les ténèbres venant s’emparer de son âme, et ne le laissant jamais tranquille. Il s’y était habitué finalement, avait fini par se faire une raison. Il vivait avec désormais, sans avoir besoin d’analyser chacun de ses comportements. Il était lui, Caleb Shafiq, et quiconque n’en serait pas content finirait dans une très mauvaise situation. Après tout, ce n’était pas une fatalité. Il parvenait parfois à se museler, à se faire des amis, ou au moins des connaissances dira-t-on. Caleb n’était pas un sauvage à chaque minute de sa vie. Il avait des moments de… calme. Et ces moments, il en profitait, parce qu’il ne savait jamais quand ils prendraient fin. Tout comme à l’instant même, tandis qu’il s’occupait du second cadavre d’animal qu’il avait tué. Il se sentait bien, aucunement dérangé par un quelconque trait de folie. Alors il en profitait, ne sachant vraiment quand son âme s’obscurcira à nouveau. Pour cette deuxième pièce, il fut tout aussi rapide, devenu maître dans l’art du couteau. Une particularité qui pouvait être impressionnante, comme tout autant effroyable. Mais personne n’était censé savoir ce qu’il faisait de ses talents, et personne n’avait d’ailleurs à le savoir. Il découpe finalement cette deuxième créature pour en faire des morceaux destinés aux animaux du château et de ses alentours, jusqu’à ce qu’un bruit attire son attention. On venait de frapper à sa porte.

Ni une ni deux, il se lève, essuyant vaguement ses mains ensanglantées sur ce qui lui servait de tablier, et reposant le couteau non loin. Le garder à proximité, c’est ce qu’il faisait toujours. Il arborait en réalité une vraie panoplie de boucher. Malgré tout, il espérait ne pas effrayer, avec son air d’ours mal léché, et les quelques tâches de sang séché qui restaient encore sur ses mains. Sans attendre, il s’empare de la poignée, ouvrant la porte avec force. Et ses yeux s’écarquillent en découvrant l’homme qui s’affiche devant lui. Douglas, celui qu’il avait rencontré il y a maintenant quelques temps dans sa forêt. L’homme qui en savait probablement beaucoup plus que n’importe qui sur lui. L’être auquel il s‘était attaché, sans vraiment vouloir le montrer ou en parler. C’était son petit secret, et personne n’avait le droit de gâcher ça. « Oh, je ne m’attendais pas à te voir ici aujourd’hui ! » Il lui offre un sourire en guise de salut, être désagréable ne faisait pas partie de ses relations avec le brun. Il est heureux de le voir, comme d’habitude, bien qu’il soit réellement étonné de le voir ici. Il ne se souvenait pas qu’ils avaient convenus de se voir en cette journée. Mais soit, c’était toujours un plaisir de toute façon. « Qu’est-ce qui t’amène ici aujourd’hui ? » Il incline la tête, plongeant ses yeux inquisiteurs dans ceux de son interlocuteur. Oui, il était sûrement venu pur quelque chose après tout, et probablement pas pour discuter du beau temps ou du prochain match de Quidditch. Puis il semble remarquer quelque chose, s’empressant de s’écarter de l’entrée. « Tu veux peut-être rentrer au fait ? Je suis désolé du bazar et de la saleté, j’étais en train de couper de la viande. » Il hausse les épaules, s’excusant comme un gamin qui n’avait pas rangé sa chambre. En réalité, il ne voulait pas que son invité ne se sente pas à l’aise dans sa cabane, c’était la moindre des choses.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Vos DC : Maddie & Isaac
Vos Liens :
Informations Importantes :
Douglas Campbell
Psycho
Psycho

Messages : 888
Points RPs : 609
Date d'inscription : 30/04/2016
Age : 28
Localisation : Dans la forêt accompagné d'un Barbu sexy :huhu:

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: The dark side of the moon (Doug & Caleb)   Sam 14 Juil - 2:03


Dans l’appartement Bren étudiait les informations qu’il avait pu recueillir sur les médecins présents durant mon internement. Il été sur le canapé, un bazar sans nom été étalé devant lui, des papiers dans tous les sens qu’il avait réussi à dérober ici et là. J’avais réussi à l’empêcher de faire des conneries irréparables, j’ai été surpris de le sentir plus apte à m’écouter et à contenir sa folie, mais je ne suis pas sûr qu’il puisse m’écouter encore longtemps. Je prends sur moi pour ne pas trop le freiner, je garde ça pour les moments les plus critiques ou je sais que ça risque de mal tourner avec des personnes que j’aime beaucoup. Je ne sais pas depuis combien de temps la confrontation avec Cooper est passée, je ne sais pas du tout ce qu’il devient, c’est comme si Bren faisant en sorte de faire disparaitre mon frère de mon entourage pour que je me laisse gagné par le chagrin et que je lui laisse le tout pouvoir sur mon corps. Mais même si je n’ai aucune information sur lui je sais qu’il chercher un moyen de me sauver et qu’il ne m’oublie pas, je suis son petit frère, il ne va pas me laisser dans cette état. De mon côté, sans que Bren s’en rende compte, j’essaye de faire mes propres recherches pour trouver un moyen de reprendre le dessus, évidement c’est difficile de trouver beaucoup d’information car ce ne sont pas des choses très courantes et très étudié dans la médecine. Alors j’essaye de prendre ce que je peux et profite pour tout analyser, je me suis même laissé aller à chercher du côté de la magie noir. Je sais que si j’utilise ce genre de magie pour retrouver le contrôle, il risque d’y avoir quelques complications ou effets secondaire. Mais avec le peu d’informations que j’ai sous la main, je préfère tout prendre en compte même la pire des solutions, et je me déciderai une fois que j’aurais pu vraiment tout analyser comme Bren le fait avec ses papiers.

Je n’ai pas fait attention à ce que Bren regardais, j’aurais peut-être du afin d’éviter la surprise quand ses pensées se sont tournées vers Caleb. Tout de suite mon intérêt a été piqué à vif, pourquoi est-ce que Bren pense au barbu ? J’ai rencontré Caleb il y a quelques temps dans la forêt interdite, une vision m’avait conduit là-bas, j’étais parti sans baguette et je suis tombé sur un tableau auquel je ne m’attendais pas. Le barbu m’a intrigué et m’a fait ressentir des choses que je n’avais encore jamais senties, il a su attiser des choses enfouie en moi, et m’a aidé à me contrôler tout en me guidant. Sans vraiment m’en rendre compte, ou ne voulant pas me l’avouer je me suis accroché à lui et ce que nous avons créé. Notre relation, ou ce lien que nous avons créé n’est pas vraiment conventionnel, je ne suis pas sûr que les gens comprennent. Mais le principal c’est que nous nous acceptons tel que nous sommes et c’est plutôt rare. Perdu dans mes pensées je n’ai pas remarqué que Bren à décider de rentre visite à Caleb, ce qui me fait un peu paniquer. Je n’ai pas pour habitude de passer à l’improviste, je préviens toujours ou on se donne rendez-vous, j’ai peur de comment le barbu risque de réagir face à Bren. Tout le long du trajet j’ai réfléchi aux multiples possibilités de fin pour cette rencontre, et je suis presque sûr que je vais devoir prendre le dessus pour éviter que ma relation avec Caleb ne vole en éclat.

Arrivé devant la cabane, ne l’ayant pas vu aux alentours, Bren décide de toquer et j’espère au fond de moi qu’il est en train de s’occuper des bêtes de la forêt. Je ne veux pas que Caleb rencontre Bren, je sais que ça pourrait être un vrai désastre et je n’ai pas envie que tout ce que nous avons construit soit détruit par une tierce personne habitant mon corps. C’est très étrange comme situation mais malheureusement c’est ce que je vis en ce moment. L’attente ne se fait pas longue et la porte s’ouvre laissant apparaitre l’imposante stature du barbu, vêtu de son tablier de découpe. Je déglutis intérieurement en voyant son air surpris tandis que Bren lui répond avec un grand sourire avant que le garde-chasse ne prenne la parole. Etrangement j’aurais préféré qu’il ne se mette pas à sourire, j’aime le voir heureux en ma présence, mais je sais que Bren va prendre ça pour une invitation, et il ne compte pas refuser l’aide de quelqu’un comme Shafiq.
« J’ai eu une petite idée, elle me trotte en tête depuis un moment… Et je sais que tu es l’homme de la situation pour m’aider… Du coup j’ai profité de ma promenade pour venir te rendre visite et t’exposer mon idée.. » il lui répond sans réellement mentir, et sa voix parait tellement fausse, je ne parle pas vraiment de cette façon en présence de Caleb, je suis plutôt du genre franc avec lui et j’essaye de ne rien lui cacher, du coup ce côté mystérieux que laisse planer Bren n’est pas vraiment le mieux pour qu’il croit qu’il s’agit du vrai moi. D’ailleurs je me demande comment il va réagir si le barbu se montre entreprenant avec lui, je n’ai jamais vu Bren penser aux garçons comme il pense aux filles, du coup j’ai un peu peur qu’il ne se montre bien trop froid envers le barbu alors que je suis plutôt réceptif à ses signaux. Son regard se plonge dans celui de Bren alors qu’il incline la tête et je sens des petits papillons dans mon estomac, je ne sais pas si l’autre en moi comprend réellement la réaction que provoque la vue de Caleb dans son tablier taché de sang, si j’avais été moi-même, je crois que je lui aurais déjà fait comprendre mes intentions non chaste à son égard.

Il reprend la parole et laisse Bren entrer tout en s’excusant du bazar provoqué par son travail. J’ai envie de lui hurler que je m’en fiche, qu’il n’a pas à s’excuser alors que je débarque à l’improviste, et que surtout il faut qu’il arrête d’être aussi sexy parce que ça affole un peu mes hormones et ça à l’air de bien embêter Bren de ressentir toutes ses choses envers le barbus.
« Mon passage n’était pas vraiment prévu alors je peux comprendre que tu n’ai pas eu le temps de faire un brin de ménage… Quel genre de viande tu découpes ? » Bren demande pas mal intéressé par le type de bestiole et surtout par le style de couteau que le barbu utilise. Il va avoir besoin des capacités et de l’aide de Caleb pour traquer, kidnapper et faire souffrir les médecins de l’asile, c’est pourquoi il se montre bien plus doux que d’habitude. Bren n’est pas bête il a senti que jouer le jeu avec Caleb pouvait l’aider à arriver à ses fins, mais le souci c’est qu’il ne connait pas la nature exact de ma relation avec le garde-chasse et il risque d’être bien surpris si ce dernier décide de se montrer attentionné. Bren prend soin de tout observer dans la cabane essayant d’apercevoir où se trouvent les armes du propriétaire et en s’assurant d’être bien seul en compagnie de Caleb.
« Comme je te l’ai dit en arrivant, tu es l’homme de la situation… Et seul toi peut m’aider à atteindre mon objectif.. Evidemment si tu acceptes m’a proposition ! » Bren fait un clin d’œil au barbu, et intérieurement je m’étouffe avec ma salive. Soit Caleb va voir clairement que quelque chose cloche car c’est pas du tout ma façon de parler, soit il va croire que je rentre dans une sorte de jeu de rôle bizarre. Et ce clin d’œil c’est totalement une invitation… pitié faite que Caleb n’y voit pas la une invitation..

_________________
The fear of falling apart
He tried to warn you just to stay away, 'cause they don't deal well with outsiders. They know that words are knives that often leave scars… So if you love them, let him go...  
Revenir en haut Aller en bas
 
The dark side of the moon (Doug & Caleb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» ULYSSE ≠ dark side of the moon
» Dark Side of the Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise From The Ashes :: 
Poudlard
 :: Les Extérieurs :: Cabane d'Hagrid
-
Sauter vers: