RSS
RSS


 

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une mise à jour du forum aura lieu le Mardi 1er mai aux alentours de 13h ! Le forum s'apprête à fêter ses deux ans de vie et pour l'occasion un nouveau design sera installé ainsi que pleins de petites nouveautés ! <3

Partagez | 
 

 Demandes de Créatures & Dons spéciaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Messages : 1003
Points RPs : 429
Date d'inscription : 06/04/2016






MessageSujet: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Lun 6 Nov - 14:13


Vous désirez un pouvoir en particulier pour votre personnage, le principe est simple, c'est ici que ça se passe. Nous vous demandons de vérifier les disponibilités et les règles avant toute choses dans ce sujet. Ensuite il vous suffit de remplir le formulaire proposé dans lequel vous expliquez comment vous avez eu ce don (ou la manière dont il se manifeste) en une vingtaine de lignes (environ, on ne chipote pas pour quelques lignes en moins Wink ).
Soyez le plus précis possible et n'oubliez pas de vérifier les disponibilités des pouvoirs avant de vous lancer. S'il n'y a plus de place, n'hésitez pas à envoyer un MP aux administrateurs, de même que si vous voulez un don spécifique ne faisant pas partie des listes déjà existantes.
Nous nous réservons le droit de refuser une demande si nous jugeons avec votre description que vous n'avez pas saisie le fonctionne du don en question.
Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à les poser !!

Age : Texte
Dons Demandé : Texte
Description : Décrivez comment cela s'est manifesté pour la première fois, ce que vous avez ressentis, comment l'avez vous vécue et comment le vivez vous aujourd'hui, essayez de décrire au mieux.

Code:
<b>Age : </b>Texte
<b>Dons Demandé : </b>Texte
<b>Description : </b>Décrivez comment cela s'est manifesté pour la première fois, ce que vous avez ressentis, comment l'avez vous vécue et comment le vivez vous aujourd'hui, essayez de décrire au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://risefromtheashes.forumactif.org
avatar
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Sam 25 Nov - 20:32

18 ans.
Animagus panthère noire.


Flashback à l'aube de tes 17 ans.


Tu avais dès la première année eut l'ambition de te lancer dans le tortueux apprentissage d'animagus. Aucune autre particularité magique capable d'être détenue à force d'entraînement et de persévérance ne t'avait davantage attiré. Le processus pour changer d'épiderme et recouvrir celui bestial fut long et fastidieux et lorsque vint le temps de prononcer pour la première fois le fameux sortilège à l'aube de tes 17 ans, tu n'eus que pour cadeau empoisonné, celui de te heurter à un cuisant échec. Les bras ne furent point baissés et tu préféras redoubler d'efforts, désireux de venir à bout de cet objectif que tu t'étais fixé depuis quelques années déjà. Maintes tentatives qui se soldèrent encore de résultats infructifiants mais pourtant évolutifs de manière positive. La septième, celle la plus récente se termina finalement en une douloureuse transformation animale qui ne dura en revanche que quelques minutes à peine, encore trop instable pour pouvoir durer dans le temps et à ta guise. Elle te permit néanmoins de découvrir les traits de la bête ayant revêtu tes arabesques humaines, une panthère noire dont l'incandescent des prunelles balafrait l'obscurité de leur éclat et transperçait quiconque osait avoir l'audace d'y plonger son regard.

La pulpe effritée d'épuisement, ton repos s'étala sur deux jours avant de recommencer le même processus désormais devenu un véritable rituel au fil du temps. La douleur occasionnée par le changement d'enveloppe charnelle se montra légèrement moins vivace cette fois-ci malgré ta chair se distordant et tes os se craquelant fiévreusement, te poussant à crisper violemment la mâchoire pour entraver tes cris de torpeur. Ton épiderme fut peu à peu viscéralement gangréné d'une fourrure au cendré presque infini. Tes paumes et tes pieds se muèrent en pattes aux griffes dont l'aiguisé n'épargnerait aucune effronterie. Elles dansèrent sur le sol, fébrilement au départ mais s'enjolivèrent rapidement d'assurance et la lenteur de ta cadence s'accéléra progressivement avant de jaillir en une véhémente poursuite de l'horizon à travers les profondeurs de la forêt interdite. Et elle se termina subitement lorsque ta silhouette féline surmonta fièrement le sommet d'un tronc d'arbre mort échoué sur le sol.  

GROOOOOOOOWWWWLLLLL !!!

Un ardent rugissement de ta part serpenta subitement entre les innombrables troncs, faisant peut-être tressaillir certains feuillages tandis qu'une imposante nuée de volatiles, alertée par la férocité de ton hurlement, s'éveilla soudainement et préféra se réfugier au creux du firmament, s'éclipsant le plus loin possible de l'obscurité de la forêt interdite. Tu étais enfin parvenu à maîtriser ta forme emplie de bestialité ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peeves
Extraterrestres
Extraterrestres

Messages : 380
Points RPs : 21
Date d'inscription : 27/04/2016






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Sam 25 Nov - 21:55

Demande Acceptée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Mar 28 Nov - 13:45


Age : 55 ans
Dons Demandé : Occluments
Description :

C’est en entrant au département des Mystères, en tant que Langue-de-plomb que Cynan apprit à la dure et à ses dépends ce que ça signifiait réellement. Il n’avait que vingt cinq ans, tout juste sorti diplômer de l’université et croyant déjà tout savoir du monde, que Cyn’ découvrit pour la première fois la désagréable sensation d’un Légilimens pénétrant dans son esprit pour y puiser toutes les informations qu’il souhaitait... Il s’agissait d’Howard Filbrook, un langue-de-plomb bourru et s’approchant de la retraite, qui maitrisait à la perfection la Légimencie et l’Occlumencie. Howard finit par devenir un mentor pour Cynan au sein du Département des Mystères, et ce fut lui qui le forma à la pratique de l’Occlumencie.

Il était primordial pour Cynan que personne ne puisse lire dans ses pensées afin de garder le secret sur ses recherches et ceux du département des Mystères. Le début fut laborieux, Cynan mit un peu plus d’une année pour maitrisé la base de l’occlumencie : le plus difficile pour lui a été de savoir vider son esprit de toute pensée, apprendre à se détacher de ses émotions a été bien moins difficile. Avec beaucoup de travail et d’acharnement, il finit par trouver le moyen par savoir faire une coupure net entre son esprit, ses émotions et son corps ; comme un robinet qu’on fermerait.

La première fois qu’il réussi à repousser une attaque Légilimens d’Howard, ce fut comme s’il s’était laissé... tomber. Se retrouvant pour la première fois vraiment tout seul avec lui même. Cynan essayera de le décrire à son neveu : « comme être enfermé dans une boite hermétique ou rien ne peut sortir ou entrer ». C’est l’impression d’être là sans vraiment l’être. Sa première réussite le laissa nauséeux une journée entière. Il n’est pas sujet aux migraines, mais il a parfois l’impression d’avoir un point entre les deux yeux. Il le vit désormais plutôt bien, ce sont des sensations avec lesquelles il a apprit à vivre avec. Cynan mettra près de cinq ans, à l’aube de ses trente ans, pour maitriser pleinement la complexité de l’Occlumencie. Pour lui, c’est surtout un moyen de garder en sécurité les recherches et les missions top secrète du département des mystères.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1003
Points RPs : 429
Date d'inscription : 06/04/2016






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Mar 28 Nov - 14:16


Demande Acceptée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://risefromtheashes.forumactif.org
avatar
Alena O'Leary
Extraterrestres
Extraterrestres

Messages : 149
Points RPs : 313
Date d'inscription : 24/02/2018






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Sam 24 Fév - 18:16

Age : 20 ans
Dons Demandé : Loup garou
Description : 25 Décembre 1997 :

C'était Noël, c'était sensé être un jour joyeux, un belle journée où toute la famille était rassemblée pour une fois, ça n'arrivait pas souvent dernièrement, à cause de la guerre, elle se sentait un peu écarté de tout ça, parce qu'elle ne fréquentait pas vraiment le monde sorciers, elle faisait ses études chez les moldus et du coup elle se retrouvait à être simple spectateur de tout ça. Mais elle savait que ses frères et sœurs se battaient pour l'Ordre et qu'ils essayaient tant bien que mal de vaincre ce mage noir qui voulait le pouvoir. Le fait qu'elle soit née sans pouvoir magique ne l'empêchait pas de s'intéresser un minimum à ce qu'il se passait dans la vie de ses frères et sœurs. Mais du coup Noël était une belle occasion de réunir tout le monde... sauf que ce Noël là fut de loin le pire de sa vie, le plus sanglant et le plus traumatisant pour toute la famille O'Leary... et autant dire qu'ils avaient pas eu que des Noël joyeux par le passé. La porte d'entrée avait volée en éclat alors qu'ils étaient tous attablés, qu'ils étaient tous détendus, heureux... des silhouettes noirs s'étaient engouffrés dans la maison, et les éclairs de magies avaient fusées dans tout les sens. Le souvenir reste flou encore aujourd'hui, elle se souvient de Silas, lui hurlant de se mettre à l'abri, la protégeant, elle se souvient de son corps tombant lourdement à terre, des cris de Sasha, et ces yeux... un regard bestiale, un grognement, et puis la douleur, une forte douleur qui avait irradié dans tout son corps. Elle avait dut perdre connaissance, parce qu'elle s'était réveillée plusieurs jours après, à l'hôpital pour sorcier, elle avait visiblement échappé à la mort de très prêt, Abel était à ses cotés à son réveil, c'est lui qui lui expliqua ce qu'il s'était passé, qui lui parla de la mort de Silas, de la mort de Maxime, de la disparition de Sasha suite à la perte de son jumeaux... tout était un peu compliqué à assimilé, elle avait l'impression d'être dans un cauchemar, et ce cauchemar s'intensifia quand il lui expliqua qu'elle avait été attaqué par Greyback, un loup garou à la solde de Voldemort et que sa morsure l'avait « contaminé ».

« Contaminé »... elle aimait pas ce mot, ça sonnait comme s'il lui avait refilé une maladie... et pour elle qui avait été à l'école toujours dans le monde moldus, c'était jamais une bonne chose, et s'en était vraiment pas une... elle l'apprit à ses dépend en vivant sa première pleine lune. On lui avait donné une potion, c'était sensé la rendre plus docile, rendre les choses plus facile, mais ça n'avait pas été facile pour autant. Son corps s'était tordu de douleur pendant une durée qui lui avait semblé infinie, ses os s'étaient brisés un à un, avant de se ressouder, et après ça... le troue noir. Elle n'avait plus eu aucun souvenir jusqu'à son réveil. Cette perte de contrôle, ce troue noir, c'était presque pire que la douleur et la fatigue qui suivait, parce qu'elle était consciente que durant ce laps de temps, elle aurait put faire du mal à n'importe qui, elle aurait put blesser un des siens et c'était inacceptable à ses yeux. Elle décida alors de s'éloigner, elle prit ses distances avec sa famille, elle devait logiquement entrer à l'université moldus, mais elle s'était désinscrite, voyageant un peu, essayant de trouver un remède qu'elle ne trouva jamais au final. Tout ce qu'elle trouva, ce fut de nouvelles cultures, de nouvelles potions qui étaient sensés simplifier le processus... mais rien ne fonctionnait vraiment. Et finalement, elle trouva une sorte d'acceptation, elle comprit qu'elle ne pourrait rien faire pour aller à l'encontre de sa nouvelle nature, du coup elle décida de rentrer chez elle, faisant promettre à son frère que si jamais elle devait devenir un danger pour qui que ce soit, il n'hésiterait pas une seconde à la tuer...

_________________

But we're running out of time, oh, the echoes in my mind cry There's blood on your lies, the sky's open wide There is nowhere for you to hide, the hunter's moon is shining I'm running with the wolves tonight I'm running with the wolves...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1003
Points RPs : 429
Date d'inscription : 06/04/2016






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Sam 24 Fév - 18:25


Demande Acceptée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://risefromtheashes.forumactif.org

Messages : 109
Points RPs : 165
Date d'inscription : 26/03/2018






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Dim 1 Avr - 16:13

Âge : 16 ans
Don demandé : Occlumancie
Description :
    Enfin.
    Tu repousses tes boucles châtains d'un mouvement soigneux de la main.

    Au départ cela n'était qu'un simple mot dans un simple livre, parti d'une simple autorisation d'un professeur pour que tu puisses accéder à la réserve de la bibliothèque de Poudlard. T'avais eu aucun mal à l'époque à persuader le vieux Flitwick que tu voulais chercher des éléments poussés dans la défense contre les forces du mal ; seconde année aux arguments acharnés, tu n'avais eu qu'à évoquer la guerre qui se préparait à l'extérieur, ton besoin de savoir comment te défendre, ton envie de faire des études poussées contre les forces obscures et après quelques minutes de discussion, ton directeur de maison avait signé le papier quand tu en étais venu à évoquer la vieille Ombrage et ses cours uniquement basés sur la théorie pour appuyer définitivement ta demande. À la base, tu ne t'intéressais même pas à ce genre d'éléments, tu étais tout simplement tombé en parcourant les entre-nerfs de différents ouvrages sur un livre traitant du sujet.
    Tu ne saurais plus dire quel était le titre de l'œuvre en question - quelque chose comme de l'art de clore son esprit et de pénétrer celui des autres ou un titre similaire. C'était à l'approche des vacances de Noël 1995 ; peu de temps avant de rentrer au Manoir pour les festivités de fin d'année, tu avais eu envie de te faire le cadeau de pénétrer dans la réserve interdite, qui attirait ton regard depuis le deux septembre de l'année précédente, le lendemain même de ta rentrée scolaire. La simple évocation de l'esprit avait attiré ton attention et tu avais attrapé le dos du livre du bout des doigts pour le faire glisser vers toi et le prendre en mains. Tu l'avais parcouru rapidement pour commencer, feuilletant les pages et les faisant virevolter pour te les approprier et puis tu avais rouvert l'ouvrage au début, par curiosité, commençant à lire de façon distraite.
    Si distraite qu'une heure plus tard, au moment ou ton autorisation se terminait, la vieille Pince qui avait été obligée de venir te rappeler à l'ordre. Assis en tailleur contre une des immenses rangées de livres interdits, tu feuilletais d'une les pages avec une sorte d'admiration malsaine, tandis que ta tête était appuyée contre ton autre poing fermé, dont le bras reposais lui même sur ta cuisse droite. Tu n'avais rien trouvé concernant la magie réellement noire ce jour-là, cette découverte t'avais empêché de parcourir davantage les étagères mais tu avais néanmoins eu le regard accroché par quelque chose que tu voulais maîtriser un jour et c'était tout ce qui importait.
    Qui importait à tel point que tu avais directement su vers qui te tourner pour commencer ton apprentissage le moment venu.

    __________


    « On continue ? » Le ministère de la magie, quelques mois après ta découverte de l'ouvrage. L'été s'est déjà installé depuis quelques semaines et tu ne fait aucun progrès – ton esprit reste aussi ouvert que l'atrium et la fontaine de la fraternité magiques restent détruits suite à la bataille du département des mystères qui a eu lieu récemment. Tu ne t'en agace pas pour autant, tu as su dès le départ que ce ne serait pas une mince affaire mais tu ne peux pas t'empêcher de te questionner sur la vitesse à laquelle tu parviendras à devenir Occlumens, en sachant que tu ne pourras t'entraîner que pendant les vacances estivales et hivernales pour commencer. L'avocate en question aurait pu être ta tante dans un monde plus juste, si ton oncle du côté Ollivander ne s'était pas montré aussi stupide et n'avait pas renoncé à reconnaître ta cousine. Mais le monde n'est pas juste, tu en est le premier conscient malgré ton jeune âge et c'est la raison pour laquelle tu es en là, à vouloir camoufler tes pensées pour que jamais l'injustice ne puisse t'atteindre, pour que jamais personne ne puisse avoir accès à tes sentiments et te détruire à un moment donné. Tu t'es adressé à la personne capable de t'enseigner cette capacité la plus proche de toi en dehors de tes parents et à force de persuasions, de phrases enrobées sous le prétexte de la guerre qui se préparait, tu étais parvenue à la convaincre ; difficilement mais finalement, elle t'enseigne l'art de camoufler tes songes.

    Le regard brûlé par la détermination, tu inclines la tête du haut de tes treize ans vis à vis de sa question précédente et elle incline sa baguette pour toute réponse, prononçant le nom du sortilège. Redressant brutalement la nuque, envoyant valser tes cheveux trempés de sueur en arrière, tu contracte tes muscles pour parer la douleur mais tu es incapable encore une fois d'empêcher Rosaly Travers de pénétrer tes pensées. Oui… Elle vient bien de ton esprit, cette projection de la silhouette de gamin de neuf ans décapitant une des poupées de sa sœur adoptive à l'aide d'un couteau de cuisine chapardé dans le dos d'un des Elfes de maison. Un rire anxieux s'échappe de tes lèvres – appartient-elle au passé ou au présent, d'ailleurs, cette démonstration de ta nervosité ? Tu n'as pas le temps de t'interroger car déjà, le souvenir s'embrume et laisse place à un autre. Ce n'était guère que quelques semaines après la scène de la décapitation de la Barbie – toi, serrant Beth dans tes bras alors qu'elle s'était mise à pleurer après la terreur de trop que tu lui avais flanquée. Sentimental…

    Dans le présent, tu sens ta mâchoire se serrer face à un éclair d'anxiété, parce que tu détestes montrer que tu es attaché à ta famille malgré tout. Les émotions, ces armes dignes des faibles… Tu as du mal à les gérer, à les accepter encore plus, raison pour laquelle tu tiens à fermer ton esprit dans les années à venir. Ce que tu ne souhaites pas ressentir, tu ne permettras jamais aux autres de l'observer – tu ne permettras jamais aux autres d'admirer ta seule chose faiblesse, l'unique élément capable de te faire de te faire renoncer à tout ce en quoi tu crois… Par amour pour eux, par affection pour ta famille. Tu fais craquer ta nuque, respirant de façon saccadée, l'estomac roulant sous la douleur. Il te faut quelques instants, deux ou trois minutes, pour que la sensation d'avoir le cerveau et le cœur compressés dans des étaux ne disparaisse et que tu puisses reprendre tes esprits. Tu ne réalises qu'ensuite que l'avocate a cessé la légilimencie et qu'elle t'observe tandis que tu ravales incessamment ta salive pour ne pas baver ta bile – pire, pour ne pas vomir – partout sur le sol. Tu commences à comprendre les raisons pour lesquelles elle était réticente à apprendre de genre de capacité à quelqu'un au départ, en particulier à une personne aussi jeune que toi. Avoir en face de soi un gamin dans un état second, presque comme sous l'effet d'un anesthésiant moldu, les yeux roulant dans tous les sens, obligé de se retenir pour ne pas vomir, le corps et les cheveux imprégnés par la sueur due à la souffrance et à l'angoisse est loin d'être quelque chose d'agréable. Toi tu t'en fous. Si tu as parfois l'impression que tu es en train de crever ou d'avoir le cerveau en train d'éclater, tu es suffisamment obsédé par l'envie de maîtriser ce don – de devenir quelqu'un de spécial – pour te remettre assez rapidement des accès de souffrances qui t'animent. Alors si ce n'est pas si difficile à supporter pour toi, ça ne devrait pas être difficile à supporter pour elle.

    Reprenant vaguement tes esprits, portant une main à ton front pour tenter de faire partir définitivement la migraine qui l'assaille, tu jettes un bref coup d'yeux à l'horloge du bureau avant de secouer brusquement la tête dans l'espoir de te détendre.
    « Je… » « Je sais. Vous devez plaider dans une demi-heure. » Tu sais même pour qui mais tu gardes cependant le silence sur cette information, ne tenant pas à passer pour le fouineur de service même en l'étant réellement. Un filet de sang s'échappe de ta narine gauche, glissant le long de tes lèvres et tu as le réflexe de sortir un mouchoir de ta poche avant qu'il n'aille se perdre dans ton cou, au risque de salir ta chemise. Tu nettoies le bas de ton visage et tu appuies le mouchoir contre ton nez, compressant l'hémorragie parce que tu es en présence de quelqu'un d'autre – seul, tu n'aurais pas hésité à retirer ta chemise et à laisser le sang couler, parce que c'est une odeur que tu apprécies particulièrement. « Je reviendrais demain, je vous attendrais devant la fontaine détruite comme d'habitude. » Tu ne demandes même pas si elle sera disponible – si elle ne l'est pas, tu reviendras le lendemain et si elle ne l'est toujours pas, tu reviendras Mercredi, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'elle puisse à nouveau t'entraîner – et tu ramasses ton sac pour passer la bandoulière par dessus ton épaule. Agitant ta baguette pour sécher la sueur qui a roulé dans tes cheveux et ta nuque, tu remets tes boucles soigneusement en place avant de la saluer chaleureusement sans oublier de la remercier auparavant – la politesse, toujours, encore – et tu quittes le bureau avec un sourire satisfait.

    __________


    Enfin.
    Tes cheveux remis en ordre, tu ajustes ta cravate pour être sûr que le nœud n'est pas décalé par rapport à ton col de chemise.

    Trois ans et quelques semaines après ta première séance d'Occlumancie, tu touches enfin au but. Ces heures, ces jours, ces mois d'acharnement ont enfin payé et tu récoltes les fruits de ce que tu as semé. Au départ ce n'était que des éclairs, une poignée de secondes pendant lesquelles tu parvenais à l'expulser de tes songes avant qu'elle ne revienne à la charge encore plus douloureusement. C'était presque pire d'ailleurs, de réussir à la repousser et de la voir revenir en force que de la laisser pénétrer tes songes sans parvenir à les bloquer. L'étincelle de victoire qui animait ton corps ne parvenait pas à égaler la souffrance qui s'emparait à nouveau de toi quand elle utilisait de nouveau la Légilimancie. Acharné, incapable d'accepter la défaite, tu avais pourtant tenu bon ; de quelques secondes, tu étais parvenu au fil des jours à la repousser une minute, puis deux, puis trois et ainsi de suite jusqu'à ce que tu puisses l'empêcher définitivement au bout du compte d'envahir tes songes.

    Trois années passées à ressentir jour après jour pendant chaque vacances scolaires la sensation d'avoir le crâne prêt à exploser, le cœur prêt à lâcher. Peu importe, le sentiment d'euphorie que tu ressens actuellement, sans rien laisser paraître extérieurement pour autant, prouve que toutes ces douleurs en valaient la peine.  Le regard implacable comme à ton habitude, tu fixes ton reflet dans l'eau de la fontaine de la fraternité. Cela fait bientôt deux semaines que tu parviens à la repousser sans faille et qu'elle n'arrive plus à entrer en contact avec tes pensées – oh tu sais que tu devras encore t'entraîner pendant plusieurs mois pour parvenir à la perfection, que tu ne touches pas encore l'idéal du bout des doigts. Tu sais que d'ici là, des personnes plus entraînées qu'elle pourront peut-être t'arracher des souvenirs ; pour autant, tu es satisfait de savoir que tu pourras cacher tes songes à la majeure partie des gens. Ce sera toujours autant de gens qui ne pourront pas t'atteindre, autant de gens qui ne sauront pas que tu as une faiblesse, et pas des moindres, vis à vis de l'affection que tu ressens malgré toi pour ta famille.

    Un sourire de suffisance vient animer ton visage – demain, tu devras reprendre le chemin de Poudlard et aujourd'hui est ta dernière séance pour vérifier si tu parviens encore à bloquer ton esprit, si tout cela n'est pas un hasard ou un jeu de chance. La suite de ton entraînement et la puissance de ta concentration se vérifiera à Noël si tout se passe bien – d'autant plus que tu devras redoubler d'acharnement à ce moment là puisque tu n'auras plus personne pour t'entraîner avec la Légilimencie d'ici là comme à chaque fois que tu retournes au château. Tu es cependant incapable de garder à l'esprit trop longtemps que tu risques de faiblir malgré tes réussites actuelles – trop confiant, comme toujours, tu laisses un nouveau sourire de suffisance se dessiner sur ton visage pâle.

    Ta vanité naturelle a déjà repris le dessus. Déjà, ta fierté se manifeste, recommence à courir sous ta peau, envenimant ton sang, ton corps et tes songes intérieurs ; si rien ne paraît en surface, ton intérieur bouillonne d'une satisfaction prétentieuse. C'est fait. Tu es Occlumens et l'idée que rien ne peut mal se passer s'invite bien trop rapidement dans ton esprit trop assuré. La seule chose dérangeante, c'est que maintenant que tu maîtrises ce pouvoir, tu vas devoir trouver autre chose pour combler l'ennui qui te ronge le cœur depuis des années. Ces trente-six derniers mois étaient formidables malgré la douleur qu'ils ont provoqués mais tandis que tu observes la silhouette de Rosaly Travers apparaître dans ton champ de vision pour la dernière séance d'Occlumancie de cette période estivale, tu sens la lassitude refaire surface à l'idée que tu n'auras plus rien à l'esprit pour t'occuper dans les temps à venir. Le cœur mélancolique d'avance, tu n'en laisses pourtant rien paraître et tu te contente de pivoter dans la direction de l'avocate, reprenant la retenue et l'attitude calme qui t'animent habituellement.

_________________


monsters don't sleep under
your bed, they sleep inside
your head
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Messages : 1003
Points RPs : 429
Date d'inscription : 06/04/2016






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Dim 1 Avr - 23:03


Bonsoir Monsieur MacMillan

Il y a un soucis dans ta demande, en effet ton personnage commence son enseignement à ses 16ans (âge minimum requis pour ce don) mais dans ton texte tu expliques qu'il réussit à maitriser son don trois ans après sa première leçon.
@Ty E. MacMillan a écrit:
Trois ans et quelques semaines après ta première séance d'Occlumancie, tu touches enfin au but.

De ce fait il y a un petit soucis chronologique Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://risefromtheashes.forumactif.org

Messages : 109
Points RPs : 165
Date d'inscription : 26/03/2018






MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  Dim 1 Avr - 23:44

Hello
Merci pour le traitement rapide de la demande déjà

Alors en fait le rp est en trois temps :
    > Une première partie au présent pendant laquelle Ty se remémore comment il a eu connaissance de l'Occlumancie en Décembre 1995.
    > Une seconde en italique est un flashback d'une de ses premières séances durant l'été 1996
    > Et la troisième partie est un retour au présent, quand il maîtrise le don


En somme, il commence les séances d'Occlumancie lorsqu'il est âgé de 13 ans et quelques mois, durant l'été 1996 mais il ne parviens à le contrôler qu'après trois ans d'entraînements, lorsqu'il est âgé de 16 ans et quelques mois (âge requis pour la maîtrise du don)

Mes excuses si c'était pas très clair, je remets le Rp avec en couleur les passages indiquant la chronologie et je rajoute également les dates pour que vous compreniez mieux

@Ty E. MacMillan a écrit:

    (Eté 1999, seize ans de Ty)
    Enfin.
    Tu repousses tes boucles châtains d'un mouvement soigneux de la main.

    (Début de la rémémoration, souvenirs de Décembre 1995)
    Au départ cela n'était qu'un simple mot dans un simple livre, parti d'une simple autorisation d'un professeur pour que tu puisses accéder à la réserve de la bibliothèque de Poudlard. T'avais eu aucun mal à l'époque à persuader le vieux Flitwick que tu voulais chercher des éléments poussés dans la défense contre les forces du mal ; seconde année aux arguments acharnés, tu n'avais eu qu'à évoquer la guerre qui se préparait à l'extérieur, ton besoin de savoir comment te défendre, ton envie de faire des études poussées contre les forces obscures et après quelques minutes de discussion, ton directeur de maison avait signé le papier quand tu en étais venu à évoquer la vieille Ombrage et ses cours uniquement basés sur la théorie pour appuyer définitivement ta demande. À la base, tu ne t'intéressais même pas à ce genre d'éléments, tu étais tout simplement tombé en parcourant les entre-nerfs de différents ouvrages sur un livre traitant du sujet.
    Tu ne saurais plus dire quel était le titre de l'œuvre en question - quelque chose comme de l'art de clore son esprit et de pénétrer celui des autres ou un titre similaire. C'était à l'approche des vacances de Noël 1995 ; peu de temps avant de rentrer au Manoir pour les festivités de fin d'année, tu avais eu envie de te faire le cadeau de pénétrer dans la réserve interdite, qui attirait ton regard depuis le deux septembre de l'année précédente, le lendemain même de ta rentrée scolaire. La simple évocation de l'esprit avait attiré ton attention et tu avais attrapé le dos du livre du bout des doigts pour le faire glisser vers toi et le prendre en mains. Tu l'avais parcouru rapidement pour commencer, feuilletant les pages et les faisant virevolter pour te les approprier et puis tu avais rouvert l'ouvrage au début, par curiosité, commençant à lire de façon distraite.
    Si distraite qu'une heure plus tard, au moment ou ton autorisation se terminait, la vieille Pince qui avait été obligée de venir te rappeler à l'ordre. Assis en tailleur contre une des immenses rangées de livres interdits, tu feuilletais d'une les pages avec une sorte d'admiration malsaine, tandis que ta tête était appuyée contre ton autre poing fermé, dont le bras reposais lui même sur ta cuisse droite. Tu n'avais rien trouvé concernant la magie réellement noire ce jour-là, cette découverte t'avais empêché de parcourir davantage les étagères mais tu avais néanmoins eu le regard accroché par quelque chose que tu voulais maîtriser un jour et c'était tout ce qui importait.
    Qui importait à tel point que tu avais directement su vers qui te tourner pour commencer ton apprentissage le moment venu.

    __________


    (Flashback de l'été 1996, début des séances)
    « On continue ? » Le ministère de la magie, quelques mois après ta découverte de l'ouvrage. L'été s'est déjà installé depuis quelques semaines et tu ne fait aucun progrès – ton esprit reste aussi ouvert que l'atrium et la fontaine de la fraternité magiques restent détruits suite à la bataille du département des mystères qui a eu lieu récemment. Tu ne t'en agace pas pour autant, tu as su dès le départ que ce ne serait pas une mince affaire mais tu ne peux pas t'empêcher de te questionner sur la vitesse à laquelle tu parviendras à devenir Occlumens, en sachant que tu ne pourras t'entraîner que pendant les vacances estivales et hivernales pour commencer. L'avocate en question aurait pu être ta tante dans un monde plus juste, si ton oncle du côté Ollivander ne s'était pas montré aussi stupide et n'avait pas renoncé à reconnaître ta cousine. Mais le monde n'est pas juste, tu en est le premier conscient malgré ton jeune âge et c'est la raison pour laquelle tu es en là, à vouloir camoufler tes pensées pour que jamais l'injustice ne puisse t'atteindre, pour que jamais personne ne puisse avoir accès à tes sentiments et te détruire à un moment donné. Tu t'es adressé à la personne capable de t'enseigner cette capacité la plus proche de toi en dehors de tes parents et à force de persuasions, de phrases enrobées sous le prétexte de la guerre qui se préparait, tu étais parvenue à la convaincre ; difficilement mais finalement, elle t'enseigne l'art de camoufler tes songes.

    Le regard brûlé par la détermination, tu inclines la tête du haut de tes treize ans vis à vis de sa question précédente et elle incline sa baguette pour toute réponse, prononçant le nom du sortilège. Redressant brutalement la nuque, envoyant valser tes cheveux trempés de sueur en arrière, tu contracte tes muscles pour parer la douleur mais tu es incapable encore une fois d'empêcher Rosaly Travers de pénétrer tes pensées. Oui… Elle vient bien de ton esprit, cette projection de la silhouette de gamin de neuf ans décapitant une des poupées de sa sœur adoptive à l'aide d'un couteau de cuisine chapardé dans le dos d'un des Elfes de maison. Un rire anxieux s'échappe de tes lèvres – appartient-elle au passé ou au présent, d'ailleurs, cette démonstration de ta nervosité ? Tu n'as pas le temps de t'interroger car déjà, le souvenir s'embrume et laisse place à un autre. Ce n'était guère que quelques semaines après la scène de la décapitation de la Barbie – toi, serrant Beth dans tes bras alors qu'elle s'était mise à pleurer après la terreur de trop que tu lui avais flanquée. Sentimental…

    Dans le présent, tu sens ta mâchoire se serrer face à un éclair d'anxiété, parce que tu détestes montrer que tu es attaché à ta famille malgré tout. Les émotions, ces armes dignes des faibles… Tu as du mal à les gérer, à les accepter encore plus, raison pour laquelle tu tiens à fermer ton esprit dans les années à venir. Ce que tu ne souhaites pas ressentir, tu ne permettras jamais aux autres de l'observer – tu ne permettras jamais aux autres d'admirer ta seule chose faiblesse, l'unique élément capable de te faire de te faire renoncer à tout ce en quoi tu crois… Par amour pour eux, par affection pour ta famille. Tu fais craquer ta nuque, respirant de façon saccadée, l'estomac roulant sous la douleur. Il te faut quelques instants, deux ou trois minutes, pour que la sensation d'avoir le cerveau et le cœur compressés dans des étaux ne disparaisse et que tu puisses reprendre tes esprits. Tu ne réalises qu'ensuite que l'avocate a cessé la légilimencie et qu'elle t'observe tandis que tu ravales incessamment ta salive pour ne pas baver ta bile – pire, pour ne pas vomir – partout sur le sol. Tu commences à comprendre les raisons pour lesquelles elle était réticente à apprendre de genre de capacité à quelqu'un au départ, en particulier à une personne aussi jeune que toi. Avoir en face de soi un gamin dans un état second, presque comme sous l'effet d'un anesthésiant moldu, les yeux roulant dans tous les sens, obligé de se retenir pour ne pas vomir, le corps et les cheveux imprégnés par la sueur due à la souffrance et à l'angoisse est loin d'être quelque chose d'agréable. Toi tu t'en fous. Si tu as parfois l'impression que tu es en train de crever ou d'avoir le cerveau en train d'éclater, tu es suffisamment obsédé par l'envie de maîtriser ce don – de devenir quelqu'un de spécial – pour te remettre assez rapidement des accès de souffrances qui t'animent. Alors si ce n'est pas si difficile à supporter pour toi, ça ne devrait pas être difficile à supporter pour elle.

    Reprenant vaguement tes esprits, portant une main à ton front pour tenter de faire partir définitivement la migraine qui l'assaille, tu jettes un bref coup d'yeux à l'horloge du bureau avant de secouer brusquement la tête dans l'espoir de te détendre.
    « Je… » « Je sais. Vous devez plaider dans une demi-heure. » Tu sais même pour qui mais tu gardes cependant le silence sur cette information, ne tenant pas à passer pour le fouineur de service même en l'étant réellement. Un filet de sang s'échappe de ta narine gauche, glissant le long de tes lèvres et tu as le réflexe de sortir un mouchoir de ta poche avant qu'il n'aille se perdre dans ton cou, au risque de salir ta chemise. Tu nettoies le bas de ton visage et tu appuies le mouchoir contre ton nez, compressant l'hémorragie parce que tu es en présence de quelqu'un d'autre – seul, tu n'aurais pas hésité à retirer ta chemise et à laisser le sang couler, parce que c'est une odeur que tu apprécies particulièrement. « Je reviendrais demain, je vous attendrais devant la fontaine détruite comme d'habitude. » Tu ne demandes même pas si elle sera disponible – si elle ne l'est pas, tu reviendras le lendemain et si elle ne l'est toujours pas, tu reviendras Mercredi, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'elle puisse à nouveau t'entraîner – et tu ramasses ton sac pour passer la bandoulière par dessus ton épaule. Agitant ta baguette pour sécher la sueur qui a roulé dans tes cheveux et ta nuque, tu remets tes boucles soigneusement en place avant de la saluer chaleureusement sans oublier de la remercier auparavant – la politesse, toujours, encore – et tu quittes le bureau avec un sourire satisfait.

    __________


    (Retour au présent, Été 1999)
    Enfin.
    Tes cheveux remis en ordre, tu ajustes ta cravate pour être sûr que le nœud n'est pas décalé par rapport à ton col de chemise.

    Trois ans et quelques semaines après ta première séance d'Occlumancie, tu touches enfin au but. Ces heures, ces jours, ces mois d'acharnement ont enfin payé et tu récoltes les fruits de ce que tu as semé. Au départ ce n'était que des éclairs, une poignée de secondes pendant lesquelles tu parvenais à l'expulser de tes songes avant qu'elle ne revienne à la charge encore plus douloureusement. C'était presque pire d'ailleurs, de réussir à la repousser et de la voir revenir en force que de la laisser pénétrer tes songes sans parvenir à les bloquer. L'étincelle de victoire qui animait ton corps ne parvenait pas à égaler la souffrance qui s'emparait à nouveau de toi quand elle utilisait de nouveau la Légilimancie. Acharné, incapable d'accepter la défaite, tu avais pourtant tenu bon ; de quelques secondes, tu étais parvenu au fil des jours à la repousser une minute, puis deux, puis trois et ainsi de suite jusqu'à ce que tu puisses l'empêcher définitivement au bout du compte d'envahir tes songes.

    Trois années passées à ressentir jour après jour pendant chaque vacances scolaires la sensation d'avoir le crâne prêt à exploser, le cœur prêt à lâcher. Peu importe, le sentiment d'euphorie que tu ressens actuellement, sans rien laisser paraître extérieurement pour autant, prouve que toutes ces douleurs en valaient la peine.  Le regard implacable comme à ton habitude, tu fixes ton reflet dans l'eau de la fontaine de la fraternité. Cela fait bientôt deux semaines que tu parviens à la repousser sans faille et qu'elle n'arrive plus à entrer en contact avec tes pensées – oh tu sais que tu devras encore t'entraîner pendant plusieurs mois pour parvenir à la perfection, que tu ne touches pas encore l'idéal du bout des doigts. Tu sais que d'ici là, des personnes plus entraînées qu'elle pourront peut-être t'arracher des souvenirs ; pour autant, tu es satisfait de savoir que tu pourras cacher tes songes à la majeure partie des gens. Ce sera toujours autant de gens qui ne pourront pas t'atteindre, autant de gens qui ne sauront pas que tu as une faiblesse, et pas des moindres, vis à vis de l'affection que tu ressens malgré toi pour ta famille.

    Un sourire de suffisance vient animer ton visage – demain, tu devras reprendre le chemin de Poudlard et aujourd'hui est ta dernière séance pour vérifier si tu parviens encore à bloquer ton esprit, si tout cela n'est pas un hasard ou un jeu de chance. La suite de ton entraînement et la puissance de ta concentration se vérifiera à Noël si tout se passe bien – d'autant plus que tu devras redoubler d'acharnement à ce moment là puisque tu n'auras plus personne pour t'entraîner avec la Légilimencie d'ici là comme à chaque fois que tu retournes au château. Tu es cependant incapable de garder à l'esprit trop longtemps que tu risques de faiblir malgré tes réussites actuelles – trop confiant, comme toujours, tu laisses un nouveau sourire de suffisance se dessiner sur ton visage pâle.

    Ta vanité naturelle a déjà repris le dessus. Déjà, ta fierté se manifeste, recommence à courir sous ta peau, envenimant ton sang, ton corps et tes songes intérieurs ; si rien ne paraît en surface, ton intérieur bouillonne d'une satisfaction prétentieuse. C'est fait. Tu es Occlumens et l'idée que rien ne peut mal se passer s'invite bien trop rapidement dans ton esprit trop assuré. La seule chose dérangeante, c'est que maintenant que tu maîtrises ce pouvoir, tu vas devoir trouver autre chose pour combler l'ennui qui te ronge le cœur depuis des années. Ces trente-six derniers mois étaient formidables malgré la douleur qu'ils ont provoqués mais tandis que tu observes la silhouette de Rosaly Travers apparaître dans ton champ de vision pour la dernière séance d'Occlumancie de cette période estivale, tu sens la lassitude refaire surface à l'idée que tu n'auras plus rien à l'esprit pour t'occuper dans les temps à venir. Le cœur mélancolique d'avance, tu n'en laisses pourtant rien paraître et tu te contente de pivoter dans la direction de l'avocate, reprenant la retenue et l'attitude calme qui t'animent habituellement.

_________________


monsters don't sleep under
your bed, they sleep inside
your head
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Demandes de Créatures & Dons spéciaux  

Revenir en haut Aller en bas
 
Demandes de Créatures & Dons spéciaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Créatures rares et nommés - Ered Luyn
» Dessins, travaux graphiques, artworks + demandes
» Inscriptions aux cours de Soins aux créatures Magiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise From The Ashes :: 
Administration
 :: Speed Dating :: Demandes
-
Sauter vers: